Coup de colère sur le couloud.

Depuis 12 jours la grève des éboueurs de la métropole à cessé et pourtant un point de notre quartier du couloud reste encore une déchetterie à ciel ouvert. Les habitants sont exaspérés. Ils ont compris l’action des salariés et espéraient leur succès, mais ils se demandent pourquoi ce quartier semble oublié par la métropole, en tout cas dans les derniers points non remis en état après la grève. Cela alimente les stigmatisations qui font croire que notre quartier n’intéresse personne. Comme élu de la ville, président du conseil de quartier, je sais que les éboueurs ont repris leur travail dans des conditions difficiles, devant collecter d’énormes quantités sac par sac à la main, apparemment sans plus d’aide ou de renfort. Je ne peux croire qu’il s’agissait de les punir de cette grève. Pourquoi ne pas rajouter plus de main d’oeuvre supplémentaire ? S’il s’agit d’une contrainte de dépenses dans le cadre de la contractualisation imposée par l’état qui surveille les collectivités locales, alors je la dénonce. Cette situation, le conflit social tout comme ses conséquences et ses suites pour les habitants, confirme le besoin d’une politique publique ambitieuse, d’un service public avec des moyens à la hauteur de notre cadre de vie. Nous ne pouvons accepter que les baisses de moyens impacte tous les jours un peu plus la vie des citoyens de notre pays.

Nacer Khamla, conseiller municipal de Vénissieux, président du conseil de quartier Jean-Moulin Henri Wallon

Annonces

Sites favoris Tous les sites

4 sites référencés dans ce secteur