PS : une campagne indigne

Depuis des décennies, les campagnes électorales à Vénissieux étaient républicaines. Même le Front National respectait plutôt discret, en général absent des bureaux de votes. La droite se mobilisait peu et le débat à gauche restait dans le cadre d’une gestion partagée de la ville, dirigée par un maire communiste, ouverte à toutes les forces de gauche, ce que symbolisait l’élection de 2008 obtenue dès le premier tour avec une seule liste à gauche.

Cette année, quelle différence ! Certes, les appétits politiciens se sont aiguisés avec le changement de maire. C’était la première élection directe de Michèle Picard, et c’était donc une occasion de tenter de la faire tomber. Mais de là à justifier la campagne conduite par le parti socialiste, il y a une marge qui sépare l’action républicaine de la manipulation populiste à la Marseillaise.

- un militant socialiste écœuré nous a transmis les messages SMS diffusés toute la semaine du type "mes frères et soeurs musulmans, Michèle picard veut fermer les mosquées et écoles coraniques, votez pour un arabe"
- nous avons reconnus les fonctionnaires du SYTRAL convoqués par Bernard Rivalta pour distribution de tract sur le marché des Minguettes (on ne travaille pas au SYTRAL le jeudi matin ?)
- des militants pro-Ben Khelifa ont poursuivi la campagne après la clôture, tout le samedi et même le dimanche, allant jusqu’à utiliser un mégaphone en circulant dans les rues des Minguettes
- le jour du vote, des groupes organisaient un "accueil" des électeurs devant deux bureaux de vote, pour leur "expliquer" le bon vote, allant jusqu’à fournir le bulletin de vote. Quand on les prend en photo, ils tentent de récupérer l’appareil et une camarade doit sortir du quartier sous la protection de la police

Certes, la droite n’a pas été en reste, avec son camion de foire garée sur les passages pompiers, son collage d’affiche sur les portes vitrées d’immeubles (merci pour les gardiens)..

Bref, on retrouve tous les ingrédients bien connu à Marseille de la collusion entre élites politiques et mafia locale qui a tant fait de tort à cette ville, avec la mainmise de la droite ou d’un parti socialiste anti-communiste, (refusant historiquement l’union de la gauche, à la grande époque de Deferre and Co), et qui a laissé jusqu’à aujourd’hui les quartiers nord dans la ségrégation et la grande pauvreté...

Que dans ce contexte, Michèle Picard progresse entre les deux tours dans tous les quartiers, devant le PS dans presque tous les bureaux de vote, est une bonne nouvelle. Nous allons continuer à construire le rassemblement dans tous les quartiers des Minguettes, en renforçant le parti communiste, avec les conseils de quartier, et beaucoup des électeurs qui se sont fait manipuler dans cette bataille vont s’apercevoir qu’ils ont bien un maire des Minguettes, la première femme maire des Minguettes !

Annonces

Sites favoris Tous les sites

5 sites référencés dans ce secteur

AgendaTous les événements

septembre 2017 :

Rien pour ce mois

août 2017 | octobre 2017