Mépris et récupération politicienne

La fête de l’Humanité de ce samedi 26 Novembre est un moment festif de retrouvailles des communistes du département, quelque soit leur position politique sur la stratégie du Front de Gauche.

Mais les organisateurs avaient décidé d’en faire un moment de provocation contre les communistes de Vénissieux, une des sections qui a très majoritairement voté contre la candidature de Mélenchon [1]

Au centre de la salle, face à la scène, une grande banderole "Front de Gauche". C’est bien normal puisque c’est la stratégie décidée nationalement. Mais la banderole précise "Front de Gauche Vénissieux" ! comme s’il fallait affirmer publiquement au centre de la fête que les communistes Vénissians ne comptaient pas. La section de Vénissieux était pourtant présente et avait joué le jeu du rassemblement dans cette fête avec un stand, des militants et comme toujours des drapeaux et affiches pour la décoration, ce samedi un vidéo avec le message du parti communiste grec aux 4emes rencontres internationalistes du 12 Novembre dernier, et des tracts pour continuer la discussion avec tous les communistes.

Mais la section de Vénissieux était placé au fonds de la salle, derrière... le stand du Parti de Gauche !

Ceux qui ont pris cette décision petite et malveillante font surtout preuve de leur faiblesse politique, de la perte de tout sens communiste du rassemblement.

Et il faut donc réaffirmer publiquement ce qui est essentiel. Contrairement à ces pratiques politiciennes, les communistes de Vénissieux sont capables de fraternité, même quand ils ont des divergences politiques. Les militants de Parilly qui soutiennent Mélenchon ont toute leur place dans les initiatives de la section, et auraient pu demander à s’installer avec leur section, en trouvant comment respecter les positions de chacun.

On oubliera donc rapidement cette provocation, et on retiendra les nombreuses discussions dans tous les stands autour de la question de l’Euro. De très nombreux communistes s’interrogent sur la position officielle de "soutien" à l’Euro, quand on sent monter partout dans le monde du travail la colère contre cet outil de la guerre de la dette contre les peuples menées dans toute l’Union Européenne.

[1comme Villeurbanne ou St-Fons, le résultat total du département mettant Mélenchon en minorité compte tenu des votes très partagés de Lyon...

Annonces