la dissolution du PCF dans le nouveau parti de gauche en action...

Sur le site "la gauche : réchauffer la banquise"

François n’est pas né de la dernière pluie et sait pertinemment que le PCF est en phase introspective. Il a aussi entendu la veille Jean-Claude Gayssot répéter ses interrogations sur la pertinence du maintien du mot « communiste » au fronton d’un parti de gauche, et Jean-Luc Gonneau plaider lui aussi pour une sorte de Linke. Il espère peut-être, sans trop d’illusions, quelques encouragements de la part de Francis Wurtz et Alain Hayot, membres de la direction du PCF. Ce dernier, sociologue universitaire à Aix-Marseille et vice-président du Conseil Régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, a insisté sur la nécessité de remettre à plat toute une série de concepts historiques : étatisme, collectivisme, nationalisme, productivisme, en tenant compte de l’évolution de la société et des nouvelles adéquations qui doivent être réfléchies par la classe politique Il se montrera prudent quant aux pistes indiquées par François Delapierre, ne souhaitant manifestement pas prendre une position avant le débat interne du PCF, mais évoquant néanmoins la possibilité d’un espace fédéral ou confédéral à gauche, qui n’est pas incompatible avec ce qu’il appelle un « espace communiste rénové ». On retrouvera cette prudence dans la seconde intervention de Francis Wurtz. Oui, le sujet de l’outil est important, répond-il, mais est-ce le plus urgent, même si l’adaptation des partis à de nouvelles formes de lutte et à la mesure de l’espace européen est nécessaire ?

Voir en ligne : LORIENT 2 : ALORS, LA GAUCHE ENSEMBLE, ÇA AVANCE-T-Y ?

Annonces

Sites favoris Tous les sites

21 sites référencés dans ce secteur