le PGE a peur des peuples...

Mais qu’est cette "gauche" qu’on nous promet dans le "front de gauche", le "parti de gauche", le "parti de gauche européen" ?

Allons-voir ce qu’elle dit là ou elle s’exprime sans contrainte, dans les textes du PGE auquel adhère la direction du PCF.

Les choses sont claires. Alors que jamais l’affrontement entre capital et travail n’a été aussi violent et aiguisé qu’aujourd’hui, la déclaration politique du PGE nous dit

« La “vieille” contradiction facilement comprise entre le Capital et le Travail est balayée par de nouvelles aspirations et contradictions entre les sexes, les générations, les cultures, les groupes ethniques et surtout par une conscience nouvelle de l’interrelation entre l’humanité et l’environnement »

Bien sûr, si l’histoire n’est plus celle des luttes de classe, les peuples n’ont pas besoin de souveraineté populaire ! Pire, les peuples sont suspects de "populisme".

C’est ainsi que le PGE analyse les tensions de plus en plus grande entre les peuples qui disent NON et l’Union Européenne qui impose toujours plus ses directives

« Les choix néolibéraux définis par Maastricht ont provoqué une érosion des conditions matérielles de vie de larges secteurs de la population, conduisant à une crise de rejet de l’intégration Européenne. Cette crise est due à la non-viabilité d’un modèle économique, écologique, patriarcal et social qui produit des inégalités intolérables, un désastre environnemental, la précarité au travail et dans la vie. Elle n’est pas en mesure de dénouer les nœuds politiques qui se trouvent à la base de la crise de cohésion sociale et politique sur le Vieux Continent. Cela crée un vide politique. Les vieux pouvoirs politiques ne peuvent résoudre ces problèmes parce qu’ils continuent à mettre en pratique les politiques de Maastricht. Cela est en train de créer un vide politique. Ce vide et l’absence de perspectives de changement pourrait engendrer la victoire de projets néo-populistes basés sur un mélange d’éléments xénophobes et racistes avec le néo-libéralisme. »

Résumons-nous

« Le processus de l’intégration Européenne devient plus lent et plus contradictoire. La crise de légitimité des politiques met en danger le processus d’intégration Européenne ».

L’Union Européenne a trouvé son fidèle soutien... le PGE combattra tout ce qui met en danger l’intégration européenne. Il a bien mérité de sa forte subvention !

Annonces

Sites favoris Tous les sites

21 sites référencés dans ce secteur