Sites Web : Blog Vénissian de Pierre-Alain Millet

Publié le samedi 5 septembre 2015

⇒ http://pierrealainmillet.fr

Blog de Pierre-Alain Millet, 2008-2014, adjoint PCF au maire de Vénissieux, chargé de l’environnement, du cadre de vie, des énergies et du développement durable 2014-2020, adjoint PCF au maire de Vénissieux, chargé du logement, du développement durable et des énergies. Je contribue aussi aux sites du journal des communistes de Vénissieux Le Venissian du réseau Faire vivre et renforcer le PCF

les infrastructures routières dégradées de l’état

28 juin, par Pierre-Alain — Conseil métropolitain du Grand Lyon

monsieur le président, chers collègues

après la délibérations sur le pont de Rochetaillée et avant celles sur celui de Vernaison, ce dossier du pont de la Brasserie nous conduit à redire à quel point les infrastructures de voirie en France ont été délaissées depuis des décennies. C’est le résultat des discours dominants sur la baisse des dépenses publiques, des suppression de postes de fonctionnaires partout dans les administrations et notamment dans les DDE.

Partout en France, des ponts et des tunnels ont besoin de réparations, de consolidations, et parfois de reconstructions, mais les moyens alloués sont terriblement insuffisants et surtout les ressources humaines et les compétences techniques historiques des DDE ont été terriblement affaiblies.

Pour ce pont de la brasserie, utilisée par des milliers de lyonnais chaque jour en sortie du tunnel de Fourvière, le déclassement de l’A6/A7 a conduit à transférer la responsabilité à la métropole.

Au passage, nous étions très inquiets en novembre dernier quand notre conseil a décidé de la mise en place d’une surveillance technique de ce pont de la brasserie devant les risques graves que révélaient des fissures. Il était possible que les études conduisent à la nécessité d’une reconstruction, donc d’une démolition, dont le coût et l’impact sur la circulation au cœur de Lyon aurait été d’une très grande ampleur.

Finalement, on est presque satisfait d’un montant de, seulement si l’on peut dire, 1 million d’euros de travaux.

Mais il reste que la responsabilité de l’état n’est pas posé, alors que c’est bien l’insuffisance de l’entretien de cet équipement par l’état qui est la cause de la situation actuelle. Dans quelle mesure pouvons-nous interpeller l’état pour obtenir une compensation de ce qui constitue de fait un transfert de charges ?

→ Lire la suite sur le site d’origine…