L’ANCIEN ET LE NOUVEAU !

, par  pascal

Le 25 novembre 2008 à 00:02, par communistes En réponse à : L’ANCIEN ET LE NOUVEAU !

Autant je partage ton point de vue sur la relecture vivifiante de Marx, et même pour des anciens comme nous, du Manifeste (que je n’arrête pas de relire en ce moment dans le cadre de la bataille du 34ème congrès), autant je ne partage pas le passage à la trappe de la notion de socialisme. Lucien Sève avec les "refondateurs" l’ont même théorisé en instrumentalisant la notion de "dépassement du capitalisme". Il n’y aurait plus besoin d’étape car nous construirions directement le communisme. Ils sont tellement engagés dans la course aux renoncements, qu’au rythme où ils vont, ils ne sont pas prêts de le dépasser. On voit très bien où ils veulent en venir. Cette théorisation, utilisée par l’ensemble de la direction du PCF ("refondateurs" mais aussi huistes et garde rapprochée de Buffet), leur permet de justifier toute participation minoritaire (et même ultraminoritaire) sans rapport de force digne de ce nom dans un gouvernement social-démocrate. C’est ni plus ni moins ce que l’on a vécu entre 97 et 2002 avec le suivi longitudinal des athlètes comme étant une grande avancée vers le communisme... et c’est ce qu’ils rêvent de revivre dans un futur proche ! C’est ce que l’on subit dans de nombreuses municipalités comme à Lyon où ils sont entièrement manipulés par le PS.

Le socialisme a l’avantage de signifier que, certes le dépassement du capitalisme se construit en continu dans les luttes contre le système capitaliste, mais qu’une prise de pouvoir, un moment de rupture politique, économique, institutionnel sont nécessaires pour impulser une toute autre politique, une toute autre dynamique, corrélativement à des décisions économiques comme l’appropriation collective des moyens de production chargées de désarmer le pouvoir de nuisance du Capital. Le socialisme ne signifie pas que tout s’arrête, qu’on a "gagné" définitivement, mais au contraire, s’accompagne d’une intensification de la lutte des classes, car dans ces conditions, le capitalisme jette toutes ses forces dans la bataille. Avec le socialisme, le dépassement du capitalisme est dans une phase d’accélération. Mais dans le cadre du socialisme, subsisteront encore longtemps des éléments du capitalisme en même temps que se construisent d’autres équilibres, d’autres forces, d’autres solidarités, le communisme. J’aime beaucoup cette formule de Danielle Bleitrach qui nous disait récemment dans le cadre d’un débat, que le socialisme était l’échelle qui conduisait au communisme et que ces deux concepts étaient intimement liés.

Très fraternellement
Pascal Brula

Annonces

Sites favoris Tous les sites

20 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves