Qui ne veut pas d’un groupe communiste ?

Publié le lundi 5 octobre 2009

Rappel : il fallait 20 députés pour constituer un groupe à l’Assemblée nationale. Le PCF avec 15 élus plus 2 apparentés, s’est entendu avec deux députés d’outre-mer (dont un PCR) et 4 verts pour former le groupe gauche démocrate et républicaine (GDR). Etre dans un groupe permet alors des facilités matérielles, financières et d’intervention dans le débat parlementaire. Al’occasion des campagnes électorales, les groupes disposent aussi d’un temps plus important sur les médias publics.

Problèmes : alors que les communistes représentent les 3/4 des membres, ils ne bénéficient que du tiers des moyens du groupe ! Qui plus est, le mot communiste a disparu de son intitulé.

Pour satisfaire le PRG et avoir son soutien lors du vote du Congrès de juillet 2008, Sarkozy a fait passer de 20 à 15 la fameuse limite en mai dernier. Il est donc possible de recréer un groupe communiste à l’assemblée nationale.

Question : qui refuse de redonner son identité au groupe communiste ? Pourquoi déroule-t-on le tapis rouge à quatre députés verts anticommunistes qui sont en train de participer à une opération politicienne avec le Modem, Cohn-Bendit et Robert Hue contre le peuple de France ? Cela ne fait-il pas partie de la liquidation programmée du PCF ?