antilibéral…

Publié le jeudi 5 avril 2007

Nous le savions déjà  : être « antilibéral » ne signifie pas lutter contre le capitalisme mais prétendre réguler ses excès. Dans notre précédent numéro, nous avions précisé que les forces sociales qui soustendent les fameux collectifs ne s’engageraient jamais dans un programme de rupture avec le capitalisme.

Et bien cette analyse nous a été confirmée par Michel Onfray, soi-disant philosophe, haineusement anti-communiste, membre des collectifs « antilibéraux » et accessoirement soutien de Bové. Dans une interview au Nouvel Observateur du 25 janvier dernier, il déclare : “le capitalisme est un mode de production des richesses par la propriété privée et le libéralisme, une modalité de leur répartition par le marché libre. On peut donc être, ce qui est mon cas, antilibéral et défenseur du capitalisme†.

Cela va toujours mieux lorsque ce sont les « antilibéraux » qui le disent…