10es rencontres internationalistes de Vénissieux

Le socialisme pour le développement et la paix

Palestine, Afrique et Développement, Paix et Socialisme
Mardi 13 septembre 2022

Préprogramme

  • vendredi 11 novembre 18h. Inauguration des rencontres et de l’exposition
  • vendredi 11 novembre 18h30. Rencontre des jeunes communistes pour la Palestine
  • samedi 12 novembre matin : l’Afrique et le développement du monde , avec des représentants algériens, maliens, congolais, béninois…
  • samedi 12 novembre après-midi : le socialisme et la paix, avec des représentants cubains et chinois
  • samedi 12 novembre 18h30. Grand couscous internationaliste pour le voyage en Algérie des communistes Vénissians

Les crises économiques et politiques s’aiguisent dans un monde ou la guerre mondiale menace.

Après la chute de l’URSS, certains avaient évoqué la fin de la politique de la force au profit de la force de la politique, Gorbatchev notamment, mais aussi des dirigeants du PCF. L’histoire a balayé ces discours creux et mensongers.

Non, le capitalisme porte toujours en lui la guerre comme la nuée l’orage. Il porte en lui des crises sans autre issue que la destruction massive de capitaux et la recherche violente de nouveaux marchés.

Mais il produit aussi ses propres fossoyeurs ! Le 20e siècle a permis l’émergence de premiers pays socialistes et malgré la chute de l’URSS, le socialisme s’est développé, malgré la guerre permanente contre Cuba, mais aussi dans un extraordinaire développement en Chine ou au Vietnam.

Le siècle soviétique a aussi construit des indépendances nationales qui ont culminé avec la défaite française dans la guerre d’Algérie et la défaite US au Vietnam.

Le mouvement vers l’indépendance s’est poursuivi par la recherche de l’indépendance économique, qui a fait face à l’impérialisme colonial et une mondialisation que les USA ont présenté comme la fin de l’histoire.

Mais la montée en puissance de la Chine et les contradictions internes du capitalisme US militarisé incapable d’assurer son développement social ont conduit à la situation actuelle avec un renversement du monde devenu multipolaire, une « démondialisation » disent certains.

Les USA ont été en échec dans toutes leur guerres depuis la fin de l’URSS jusqu’à leur départ d’Afghanistan, avant le départ contraint de l’armée française du Mali. La guerre d’Ukraine illustre ce renversement, et le peuple ukrainien le paie. C’est pourquoi la paix est un enjeu déterminant. Mais elle suppose un mouvement mondial pour sortir de la domination du monde par l’impérialisme et la construction d’un monde de coopérations qui ne peut plus accepter cette « politique de la force » qui domine les concurrences entre pays dans l’accès aux ressources. La proposition chinoise d’une « communauté de destin » mondiale reposant sur des accords « gagnants-gagnants » est une réponse d’espoir face au militarisme et à l’extraterritorialité occidentale.

Le mouvement communiste a été fortement bousculé par la fin de l’URSS, avec la disparition de nombreux partis communistes, notamment en occident, et aussi des divisions marquantes notamment sur l’évaluation des expériences socialistes et depuis quelques années sur la nature du « socialisme de marché » à la chinoise. Mais des partis communistes se sont renforcés, en Asie, en Amérique Latine notamment au Chili, en Afrique comme au Soudan où les communistes jouent un rôle majeur dans le mouvement historique qui affronte une dictature violente.

L’appel récent du parti communiste cubain à l’unité du mouvement communiste mondial, notamment après les rencontres de partis communistes en Grèce (2021) et en Chine (2022) peut ouvrir une nouvelle période historique de renforcement du mouvement communiste. C’est une condition pour éclairer la crise profonde du capitalisme mondialisé dirigé par les USA et montrer qu’une réponse progressiste à l’urgence environnementale ne peut reposer que sur le développement économique social et culturel, et pas dans la recherche d’un passé naturel idéalisé.

Ce sera le thème de la matinée du samedi autour de la place de l’Afrique dans le développement mondial.

Oui, l’Afrique a besoin de développement, d’infrastructures, d’industrie, de logements, de services publics. Elle est un immense continent riche de ses ressources, de ses habitants. Comme la chine au 19e siècle, l’Afrique a été écrasée par un colonialisme meurtrier, mais sa conquête de l’indépendance se construit et son développement s’accélère, de l’Afrique du Sud au Nigeria. Les interventions occidentales et le terrorisme islamiste ne pourront inverser cette tendance, la France a du se retirer du Mali, et le président Biden s’est vu répondre avec fermeté « nous sommes assez grand pour décider nous mêmes de nos partenariats ».

L’Afrique est un lieu essentiel de l’affrontement entre le néocolonialisme occidental et de nouvelles relations « Sud-Sud » sur un modèle « gagnant-gagnant ». La Chine, mais aussi la Russie sont très présentes en Afrique et la France comme l’occident voient remettre en cause leur domination historique. La France Afrique est en perdition, et le voyage de Macron en Algérie s’inscrivait dans ce cadre, on ne sait pas s’il agissait comme émissaire des USA ou en concurrence avec eux dans le partage du gaz algérien.

Mais le développement pour apporter une vie digne à tous et éliminer la pauvreté suppose la paix ! Ce sera le thème de l’après-midi du samedi autour de l’idée que le capitalisme ne peut construire de paix et que le socialisme au contraire est le système qui a besoin de paix et est un facteur de paix.

C’est bien sûr l’expérience cubaine, qui construit un socialisme créatif et original garantissant les droits culturels et sociaux du peuple malgré un blocus scandaleux et meurtrier. Et les cubains savent que le socialisme est la condition de leur paix et de leur indépendance. Le socialisme ou la mort qui ne veut pas dire qu’il faut préférer la mort à l’échec du socialisme mais au contraire qu’il ne peut y avoir d’alternatives à la guerre et la mort sans le socialisme.

C’est aussi l’expérience chinoise qui a permis la sortie de la pauvreté de tout les peuples de Chine, y compris des ouighours, qui a fait de cet immense pays la première puissance mondiale, qui assure à 1,4 milliards de personnes une société « de moyenne aisance », avec par exemple le droit à la mobilité avec le plus grand et moderne système ferroviaire du monde, qui accélère ses innovations pour assurer son indépendance technologique de l’occident, tout en développant le maximum de coopérations avec tous, y compris avec les USA malgré les sanctions, mais qui doit aussi assurer sa défense, le respect de son indépendance et de son unité notamment à Taiwan.

Comment empêcher le capitalisme mondialisé de nous conduire à la guerre alors que le système militaro-industriel US est au cœur de l’état US et de sa direction politique ?

En France, contribuer à la paix mondiale, c’est combattre la domination des grandes oligarchies capitalistes sur l’Etat français et son rôle international.Poser la question d’autres relations de la France avec l’Afrique, le monde, l’Europe, c’est poser la question d’une autre société en France, de la rupture avec le capitalisme, de la construction d’un « socialisme des jours heureux ».

Enfin, nous terminerons la journée du samedi avec le témoignage de la délégation vénissiane en Algérie sur la place des communistes dans la guerre d’indépendance, suivie par un couscous internationaliste géant.