Après avoir battu Le Pen, adhérez au parti communiste pour vous donner de la force face à Macron !

Législatives 2024, mobilisation contre l’extrême droite

Déclaration de Michèle Picard, maire de Vénissieux
Jeudi 20 juin 2024

Le 9 juin, Emmanuel Macron annonçait la dissolution de l’Assemblée nationale, suite aux élections européennes. Cette Europe libérale, éloignée des travailleurs et citoyens, a nourri dans tous les pays membres la montée des populismes et de l’extrême droite. En France, l’extrême droite, avec ses idées réactionnaires, populistes et xénophobes, a capté une nouvelle fois la colère d’une partie du peuple français. Le Rassemblement National est arrivé en tête et, avec les élections législatives anticipées, il est aux portes du pouvoir.

L’extrême droite se construit sur les divisions et oppose les citoyens et les territoires entre eux. Leur camp est toujours celui de la haine où ils cultivent le rejet de l’autre, le repli identitaire. Au contraire, en tant que maire, élue de terrain, dans tous mes engagements, je défends le vivre ensemble autour des valeurs de la République. Je combats au quotidien et je combattrai toujours les idées nauséabondes de l’extrême droite avec force et détermination.

Un nouveau Front populaire est né de la volonté commune des forces de gauche, une démarche à l’image de l’engagement et des actions de la majorité municipale. Notre volonté de lutter contre l’extrême droite, le populisme, le libéralisme et le bipartisme, de défendre tous les Vénissians et l’intérêt général, est plus que jamais d’actualité.

J’appelle chacune et chacun à s’engager dans ce front commun contre l’extrême droite, syndicats, associations, habitants, à résister pour que vive le pacte républicain qui est le nôtre. Tous ensemble, républicains, progressistes, humanistes, élus comme citoyens, mobilisons-nous avec Idir Boumertit, candidat du Nouveau Front Populaire.

Toutes les forces de gauche devront ouvrir le chantier de la reconstruction et renouer le dialogue avec les classes populaires, les travailleurs et tous les exclus du libéralisme. L’espoir est bien présent à gauche, mais notre mobilisation devra se poursuivre au-delà des 30 juin et 7 juillet pour de nouvelles conquêtes sociales et écologiques.

Revenir en haut