9emes rencontres internationalistes de Vénissieux
Russie, Cuba, Chine, Soudan, Congo... le mouvement communiste pour la planète !

, par  pamillet , popularité : 28%

Les 9emes rencontres internationalistes de Vénissieux ont permis à de nombreux communistes de partager des discussions riches sur l’état du monde, sur l’enjeu du climat et de l’environnement, porteur d’abord d’un enjeu de société entre capitalisme et socialisme.

Près de 150 personnes ont participé aux 3 séances, 50 personnes avec la jeunesse le vendredi, 120 pour l’accueil des délégations par le maire communiste de Vénissieux Michèle Picard le samedi à midi.

L’écoute attentive montrait l’enjeu d’ouvrir dans le parti communiste le débat sur les questions internationales, pour sortir de la rupture avec le mouvement communiste mondial qui était engagée ces dernières années.

Le compte-rendu détaillé de toutes les interventions et débats prendra un peu de temps, mais tout sera publié comme pour les prochaines éditions, et à la demande de plusieurs participants un numéro spécial de la revue "unir les communistes" sera réalisé comme "actes" de ces rencontres.

Quelle société pour la planète

La soirée du vendredi avec la jeunesse a montré l’urgence de permettre la construction d’une jeunesse communiste autonome, ancrée dans l’histoire des luttes de la jeunesse pour la paix, la solidarité internationaliste, la révolution. Après l’introduction de Pierre-Alain Millet, plusieurs groupes de jeunes présents, entre autres bien sûr la JC, mais aussi les jeunes pour le climat, le collectif ecodefense, et un membre de extinction rebellion, affirmaient leur volonté de changer de système. Certains disant clairement vouloir s’attaquer au capitalisme, affirmant leur recherche d’une construction par les jeunes du monde du travail, dénonçant même l’omniprésence d’une jeunesse bourgeoise dans les marches pour le climat. Si les débats ont parfois été vifs, sur le mouvement Vegan, sur la notion de décroissance, ou des besoins liés aux modes de vie, tous les participants se sont félicités de cette rencontre qui était une première et appelle d’autres initiatives [1].

Le temps retrouvé des communistes ?

La matinée du samedi, présidée par Laurent Brun, a longuement discuté de ce qui a défait le mouvement communiste dans la deuxième moitié du 20ème siècle. Le livre de Danielle Bleitrach nous aide à comprendre que nous pouvons "retrouver" le temps communiste, ce que montrait le dynamisme de Tatiana Desiatova, dirigeant du parti communiste de Moscou qui vient de remporter une victoire électorale éclatante.

C’est avec de longs applaudissements que les rencontres ont entendus Mutasim Sidahmed, responsable du parti communiste du soudan, un grand parti communiste que nous connaissons mal mais qui a joué un rôle important dans la révolution encours dans ce pays martyrisé par une longue dictature et le pillage de ses ressources.

Justo Rodriguez, de l’ambassade de Cuba a présenté la situation actuelle de Cuba face à Trump, avec les risques que chacun mesure d’un jusqu’au boutisme US et l’extraordinaire résistance d’un peuple qui a déjà à de nombreuses reprises repoussé les attaques impérialistes.

Enfin Michèle Picard remerciera les délégations présentes après une série de messages de solidarité internationaliste, dont plusieurs ont été repris en vidéo pour être transmis immédiatement aux partis communistes concernés avant la traditionnelle photo avec l’ensemble des invités. L’assemblée a adopté une déclaration condamnant la résolution anti-communiste du parlement européen accusant le communisme et dédouanant le fascisme de la deuxième guerre mondiale.

De l’écologie réelle à la Chine méditerranéenne...

L’après-midi était très dense, introduite par la lecture de Sonia Viel du célèbre discours de Fidel Castro à l’ONU en 1992qui annonçait l’évolution du monde contre les peuples et la planète.

La première partie avec Guillaume Suing, a porté sur la place de l’écologie dans le socialisme du siècle dernier, autant en URSS qu’à Cuba, nous faisant découvrir à quel point les représentations dominantes d’un socialisme catastrophe environnementale sont des constructions idéologiques qu’il faut combattre. C’est en URSS qu’a été expérimenté pendant 40 ans une bio-agriculture, découvrant par exemple l’agro-forestation, à partir d’une conception socialiste du sol, dont la richesse n’est pas sa valeur foncière, mais sa biodiversité. Et c’est en voulant copier le modèle occidental de l’agro-chimie que l’URSS a détruit ses sols après 1960. Il faut remercier Guillaume pour sa simplicité et sa capacité à mettre à portée de tous un travail scientifique et politique de première importance.

L’intervention de notre camarade cubain a montré à quel point, malgré la pauvreté et le blocus, le socialisme peut mobiliser un peuple pour inventer les réponses modernes aux besoins des femmes et des hommes, en inventant l’agriculture urbaine par exemple.

Le nombre d’interventions n’a pas permis de faire une pause l’après-midi et au total, les participants sont restés mobilisés pendant 4 heures d’écoute et de discussions.

La deuxième partie portait sur la place de la Chine dans la planète, abordée à la fois à travers le développement chinois et les routes de la soie par le sociologue Said Belguidoum, puis à travers la place du rail en Chine comparée à la France par le dirigeant syndical cheminot Laurent Brun.

Enfin, les rencontres se sont terminées avec un appel à la solidarité pour les militants internationalistes emprisonnés ; Julien Assange, Lula, Mumia Abu-Jamal, Marwan Bargouthi, Georges Abdallah

Messages de solidarités aux militants internationalistes

Un grand merci à tous les intervenants, et notamment à nos camarades venus de loin, qui mènent des combats essentiels dans des conditions dififciles, et merci aux militants de Vénissieux pour l’organisation des rencontres et notamment pour toute la logistique des repas, de l’installation, des hébergements...

[1on sait que le putsch organisé contre la JC du Rhône pour imposer un changement de direction il y a maintenant 6 ans l’a profondément divisée, conduisant à l’existence d’une organisation de jeunes communistes de Lyon séparée du MJCF. Nous respectons les jeunes organisés et nous souhaitons que l’action et le débat permette de surmonter un jour cette division dont les jeunes militants d’aujourd’hui ne portent pas la responsabilité

Annonces

Brèves Toutes les brèves

Navigation