Temps de travail.

La lettre des élus communistes et apparentés de Vénissieux N° 65 - décembre 2021
Vendredi 17 décembre 2021

La loi « de transformation de la fonction publique territoriale » impose le principe d’une durée annuelle du travail des fonctionnaires de 1607 heures, au plus tard en janvier 2021. Elle annule ainsi tous les accords plus favorables au temps de travail légal qui avaient été négociés dans les collectivités au fil des ans, notamment lors de la mise en place des 35h.

Depuis presque 2 ans, le gouvernement salue dans les médias le travail des fonctionnaires territoriaux, en première ligne pour affronter une crise sanitaire d’une ampleur inédite. Mais il choisit de les « remercier » en les faisant passer pour des privilégiés et en s’attaquant à leurs droits.

Pour rappel, les agents de la fonction publique ont des contraintes de travail, la nuit ou le week-end deux fois supérieures aux autres salariés. Ils sont par ailleurs moins bien rémunérés, le salaire moyen des fonctionnaires territoriaux (gelé depuis plus de dix ans) est inférieur de 400 € nets par mois par rapport à celui des salariés du secteur privé. Cette loi attaque le service public de proximité, sans lequel la crise profonde que traverse notre pays serait moins bien amortie. Elle représente une régression pour les agents, le statut et la libre administration des collectivités.

En 1998, alors que le chômage battait déjà des records, le passage aux 35 heures avait ouvert une période inédite de croissance, de créations d’emplois et de relance du dialogue social.

Nous pensons aussi que la réduction du temps de travail doit servir à combattre les inégalités dans les entreprises. Les sujets ne manquent pas. D’un côté, des temps partiels subis (en grande majorité des femmes), des salariés précaires, en intérim ou en contrat court et des millions de salariés ne travaillant pas du tout. De l’autre, des salariés de plus en plus souvent surchargés de travail, effectuant des travaux pénibles, ne pouvant pas partir en retraite, effectuant des heures supplémentaires non rémunérées.

Nous avons donc besoin de lancer des actions concertées dans chaque branche professionnelle pour obtenir des baisses d’amplitude horaire, et le passage à temps complet à 32 heures

Engager la réduction du temps de travail pour aller vers les 32 heures est un combat que se donne le Parti communiste dans son projet pour la France ; l’émancipation humaine.

Pour lire l’intervention complète…

L’adresse originale de cet article est http://gec.venissieux.org/Temps-de-...