Réponse à l’interpellation d’un camarade à propos de mon refus de participer à la campagne du "Front de gauche"

, par  Pascal Brula

Le 10 février 2010 à 15:47, par Pascal Brula En réponse à : Réponse à l’interpellation d’un camarade à propos de mon refus de participer à la campagne du "Front de gauche"

Paul, je comprend tout-à-fait ta démarche et ton raisonnement. Mais je pense que nous vivons deux situations complètement différentes.
Tout d’abord, il y a le problème Frêche. A priori, vous semblez l’avoir résolu (même la direction du PCF est sur la base du rejet de Frêche : vous avez au moins l’antiracisme en commun avec elle). J’attends quand même le deuxième tour pour savoir comment cela se passera en réalité, l’attrait du strapontin, pour certains, ne s’étant pas volatilisé du jour au lendemain. Vous avez aussi le problème Gayssot. La encore, les huistes, Gayssot en tête, se sont mis d’eux-même hors du parti (j’entend "pour l’avis de la majorité des adhérents") : ce n’est pas négligeable.

Troisièmement, la tête de liste chez vous est membre du PCF, ce qui n’est pas le cas chez nous (c’est une ex-PS qui s’en est guère éloignée...). Bien sûr, cela aurait été mieux avec un communiste non institutionnel ancré dans une lutte forte. Enfin, votre liste n’est pas une liste "Front de gauche", mais une liste beaucoup plus large, ressemblant à celle de Bocquet dans le Nord-Pas-de-calais. Cela a déjà beaucoup plus de gueule que chez nous. Cela ressemble déjà beaucoup plus à ce que l’on peut espérer d’une liste de rassemblement basée sur les luttes. Et puis, vous avez couché sur le papier les éléments de ce qui vous unit, même si c’est encore partiel. Il n’y a rien de tout cela chez nous. Au contraire, les élus sortant sont à la manoeuvre. Il gèrent la confusion de leur cogestion de la Région avec le PS : ils ont même tiré un bilan distribué à la population, bilan dont on se demande pourquoi ils ne repartent pas avec le PS ! Une "camarade" conseillère régionale (en position non éligible) m’a même confié que, non élue, elle reviendra sûrement après les élections pour passer le flambeau des affaires dont elle s’occupait à son successeur... Ce qui fait que si la liste passe les 5%, ils reviendront aux affaires avec le PS comme si de rien n’était... car il n’y a, chez eux, aucune analyse de fond de la situation politique et économique. Il n’y a donc nulle part l’amorce de la création d’un rapport de force. Ai-je le droit de contribuer à cette illusion ?

Cela fait beaucoup de différences avec ta situation (en rajoutant que je suis minoritaire dans ma section et toi, non). Mais en définitive, pour moi, il n’y a qu’une question qui soit valable en interne au PCF : comment faire pour que nos pratiques contribuent à faire renouer les adhérents avec la conscience de classe, avec la lutte contre l’exploitation capitaliste ? J’admet modestement que nous ne pouvons pas avoir les mêmes en tous lieux.

Fraternellement

Pascal

Annonces

Sites favoris Tous les sites

20 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves