Covid-19 : Protéger la population relever les défis de la crise Contribution

, par  Marie-Christine Burricand , popularité : 5%

Les mesures que nous présentons dans ce texte sont celles avancées ces dernières semaines par le PCF, ses parlementaires, élu·e·s locaux et militant·e·s. Nombre d’entre-elles sont des mesures d’urgence, adaptées au stade actuel de l’épidémie, qui préfigurent de profondes transformations économiques, sociales, écologiques et démocratiques.

Covid-19 : Protéger la population, relever les défis de la crise
Contribution du PCF

Introduction

La pandémie de coronavirus place notre pays et l’ensemble de l’humanité face à d’immenses défis.

À commencer par celui de sauver les vies menacées, de protéger toute la population. C’est l’absolue priorité, celle qui doit guider tous les choix. Alors que l’épidémie prend de l’ampleur, chaque heure compte pour agir et faire passer l’humain avant toute autre considération.

Notre vie à toutes et tous a été bouleversée par cette épidémie et par les mesures pour y mettre un terme. Nous voulons avant tout apporter tout notre soutien aux personnes touchées par la maladie et adresser nos condoléances aux familles des victimes.

Face à un virus dangereux, nous sommes légitimement inquiets, pour nous-mêmes et pour nos proches, pour les conséquences pour notre pays. Les personnels de santé et de nombreux services sont particulièrement exposés et consacrent toute leur énergie à la réponse aux besoins immédiats et vitaux de la population.

Nous voulons les remercier pour le courage et l’exemplarité dont ils font preuve d’autant qu’à la date où nous écrivons ces lignes, nous savons que les prochains jours vont être très durs pour ces femmes et hommes. Nous sommes totalement mobilisés pour qu’ils soient mieux protégés et équipés pour remplir leurs missions et que leur apport à la société soit enfin pleinement reconnu.

Des millions de nos concitoyen·ne·s vivent également très durement la situation : des sans-abris qui n’ont pas même un toit pour se protéger aux femmes et aux hommes exposés sur leur lieu de travail. Ainsi que la majorité du pays dont le confinement est une épreuve qui crée un isolement difficile et des conditions de vie dégradées. Pour les plus précaires et les plus fragiles d’entre-nous, ces difficultés sont criantes.

À toutes et tous, nous leur disons que nous sommes à leurs côtés. Chaque fois que nous le pouvons, dans les villes et les villages, partout dans le pays, les militantes et les militants, les élu·e·s communistes répondent présent pour aider quand cela est nécessaire et construire les solidarités qui nous permettront de surmonter ensemble cette crise.

La mobilisation solidaire de toute la population est d’autant plus nécessaire que cette pandémie révèle une crise de civilisation qui vient de loin.

La recherche à tout prix de la rentabilité financière a fragilisé notre service public de santé et notre industrie au point que nos soignant·e·s manquent de tout, que nous sommes plus faibles pour lutter contre l’épidémie. Elle a plongé dans la précarité, la pauvreté et dégradé la santé de milliards d’être humains aujourd’hui privés de défenses. Et, alors que la crise sanitaire est là, elle continue de guider les choix de nos gouvernants et d’employeurs pour leurs seuls profits. Quoi qu’il en coûte. Nous sommes en colère parce que des millions d’entre-nous sont ainsi contraints à poursuivre l’activité au péril de leur vie.

Totalement engagés dans l’indispensable mobilisation de toutes les forces vives du pays pour mettre un terme au plus vite à cette pandémie, les communistes veulent également alerter sur la crise économique mondiale qui se profile. Pour que des centaines de milliers d’emplois ne soient pas menacés dans notre pays, nous devons refuser que les peuples payent cette nouvelle crise. Refusons de renflouer les grandes banques ou entreprises privées qui l’ont causée et dont l’action aggrave les inégalités et dégrade l’environnement.

Les mesures que nous présentons dans ce texte sont celles avancées ces dernières semaines par le PCF, ses parlementaires, élu·e·s locaux et militant·e·s. Nombre d’entre-elles sont des mesures d’urgence, adaptées au stade actuel de l’épidémie, qui préfigurent de profondes transformations économiques, sociales, écologiques et démocratiques.

À partir de cette première contribution de notre parti, nous lançons un appel. À tou·te·s les citoyen·ne·s et toutes les forces associatives, syndicales, de gauche et écologistes mobilisés par la gravité de la situation sanitaire et économique et par le besoin d’un nouveau mode de développement qui place l’humain et la planète avant les profits, nous disons : prenons soins les uns des autres et engageons un travail en commun partout dans le pays. Commençons dès à présent à créer des réseaux de solidarité, à veiller à la protection et au respect des droits fondamentaux de chacun·e, à com-battre les inégalités dans cette crise. Mobilisons-nous pour élaborer et mettre en œuvre les solutions les plus efficaces pour mettre un terme à cette épidémie. Échangeons sur le changement que nous voulons, sur la France que nous voulons, sur la société dans laquelle nous voulons vivre. Et commençons dès maintenant, toutes et tous ensemble, à la faire vivre.

Au fond, c’est à un défi de civilisation que nous confronte le séisme qui secoue la planète.

S’inscrire dans la continuité des choix qui s’imposent à nous depuis des décennies, ce serait immanquablement nous laisser happer par la spirale de catastrophes sanitaires de plus en plus violentes, de régres-sions sociales creusant sans fin les inégalités, de crises systémiques d’un capitalisme incapable d’ouvrir aux êtres humains un horizon d’es-poir, de destructions écologiques et de désastres climatiques posant à l’humanité la question de son devenir, d’étouffement de la démocratie sous le poids des tyrannies marchandes et financières, de menaces de guerres se déployant sur fond de montée des nationalismes agressifs et des extrêmes droites.

L’heure est venue de tourner radicalement la page d’un néolibéralisme dont la nocivité se révèle chaque jour davantage ; d’en finir avec les politiques d’austérité et les diktats de la concurrence sans bornes ; de prendre le pouvoir sur la finance pour réorienter la production et l’uti-lisation de l’argent dans le sens de la satisfaction des besoins de la population et de la défense des grands équilibres écologiques ; de re-définir à cette fin les missions d’une puissance publique s’appuyant sur la mobilisation de la société, afin de défendre et étendre les services publics, de prendre le contrôle des secteurs clés de l’économie, de lut-ter pour la relocalisation de l’économie dans des coopérations mutuel-lement avantageuses avec tous, de répondre aux besoins immédiats et vitaux ; de faire naître une démocratie permettant à la majorité po-pulaire de décider de son destin et de reconquérir sa souveraineté ; de rompre avec les logiques austéritaires et de refonder la construction européenne sur la base de la coopération solidaire des peuples et des nations.

C’est à une révolution de notre modèle de développement, socialement utile et écologiquement soutenable, que nous appelons à construire collectivement, en mobilisant toutes les ressources du pays et toutes les énergies de ses salarié·e·s comme de ses citoyen·ne·s. Pour placer l’humain et la planète au cœur de tous les choix.

Covid-19. Contribution du PCF

Annonces

Brèves Toutes les brèves

Navigation

ThèmesTous les tags

23/23
16/23