Lecture de confinement : leçons de premier tour

, par  pamillet , popularité : 20%

L’épidémie de coronavirus continue de progresser. La vague annoncée n’a encore touché que faiblement l’agglomération, mais visiblement, le confinement depuis une semaine ne l’a pas encore ralentie. C’est la première préoccupation des habitants et le maire et son équipe sont mobilisés avec les services de la ville pour aider à vivre cette crise. Il faut espérer que, comme en Chine, un confinement maitrisé permettra de faire reculer l’épidémie et de retrouver une situation normale.

Cette situation crée de nombreux sujets de débat public, sur le manque de tests, de masques, de lits, et sur les conséquences économiques et sociales de cette épidémie. La loi votée à l’assemblée remet en cause plusieurs règles du code du travail, sur les congés notamment. Le gouvernement est attentif aux demandes du patronat... Ce sera une fois l’épidémie passé un enjeu social essentiel. Comme d’habitude, les plus riches vont tenter de faire payer la crise aux autres.... à suivre.

Cela dit, nous allons sortir de cette crise un jour, et il faudra reprendre le processus électoral d’une manière ou d’une autre... Le confinement a un avantage, il donne du temps pour lire, écrire et... analyser.

Après une première analyse globale du succès de Michèle Picard aux élections municipales et métropolitaines du 15 mars, voici une analyse plus détaillée par bureau et territoire.

Michèle Picard en tête, Yves Blein a perdu, et les droites sont affaiblies

Rappelons le constat rapidement fait dans un premier article, Michèle Picard arrive en tête malgré les moyens mobilisés par le député LREM Yves Blein pour faire oublier son engagement politique et se présenter seulement comme "Vénissieux". Celui qui a laissé la ville dont il a été maire, Feyzin, lourdement endettée, s’était présenté comme le sauveur de Vénissieux et... des échecs répétés de Mr Ben Khelifa. Il ne réussit pourtant pas à retrouver le cumul des voix de 2014 de ses colistiers. Mrs Ben Khelifa et Iacovella atteignaient à eux deux 21,8% en 2014, quand Mr Blein stagne à 21,1% en 2020... Certains croyaient qu’en choisissant un poids lourd politique, LREM allait tout bousculer, c’est raté ! Visiblement, Blein ne s’est pas installé à Vénissieux, sa notoriété n’a pas rendu crédible sa présence et son projet. Le député a perdu.

Dans ce contexte, la candidature de Mr Blein a fait une victime à droite, Mr Girard qui chute lourdement à 14,3% après avoir mené une campagne très agressive qui a choqué de nombreux Vénissians. Il avait tout misé sur un discours devant lui permettre de récupérer les voix du Front National, pensant que son leader local était trop effacé, là aussi, c’est raté, le RN faiblit légèrement mais reste au dessus de la barre des 10% et peut donc se maintenir. Cela va obliger Mr Girard à dire clairement s’il accepte ou pas une alliance avec le RN...

Le total des droites LREM et LR passe ainsi de 43,8% à 35,4%, perdant plus de 8 points, et même près de 10 points si on ajoute le RN dans cet arc complet des droites.

A l’opposé, le total des gauches avec les écologistes qui ont toujours été considéré à gauche à Vénissieux, progresse de 7 points passant de 42,3% à 49,3%. C’est un solide résultat pour aborder la suite. Même sans les écologistes dont la stratégie métropolitaine est incertaine, la gauche est devant le cumul des droites, sachant qu’en 2014 comme en 2015, la gauche avait progressé nettement entre le premier et le second tour.

L’analyse géographique précise cette tendance générale

Pour tous les candidats en dehors de Michèle Picard, les résultats sont très hétérogènes dans la ville. Le plus bas résultat de Michèle Picard reste proche de 20% (18,3% à Jeanne Labourbe) alors que tous les autres candidats ont des bureaux en dessous de 10%, y compris Yves blein (9,82% à Georges Lévy). Le vote Blein 2020 est marqué par quelques résultats élevés aux minguettes, proche ou au dessus des 30% (Léo Lagrange à 38,4%, Paul Langevin, Hotel de ville 2 et Henri Wallon). Ce sont les mêmes bureaux que le vote Ben Khelifa 2014 avec des résultats atypiques qui avaient fait beaucoup discuté. Le député a bien tenté d’apparaitre comme plus sérieux que son colistier tête de liste de 2014, mais il s’est appuyé sur les mêmes réseaux, et s’y est enfermé.

Les résultats de certains sont très marqués sur quelques quartiers. C’est le cas notamment de Lutte Ouvrière, des écologistes, du docteur Dureau et de Yalcin Ayvali. LO frôle les 5% dans le bureau Anatole France, celui de sa tête de liste, plus du double de son résultat moyen. Les écologistes vont de 3,4% à Léo Lagrange à presque 22% à Jeanne Labourbe, le bureau de Sandrine Perrier. Le docteur Dureau fait un résultat concentré sur les quartiers où il exerce, allant de 3,5% à Clos Verger à 23,33% à Croizat. Enfin presque la moitié des voix Ayvali sont réalisés dans son quartier, aux Minguettes.

Analyse par territoires

Si on découpe Vénissieux en 6 territoires, le centre, les minguettes, Parilly, Moulin à Vent, les quartiers Est (Charréard Max Barel Monery...), on constate des différences que les militants connaissent bien...
- le RN dépasse 13% au Moulin à Vent où il se maintient sur 2014 et à Parilly, et recule par contre sur les quartiers Est (Charréard...)
- la droite de Girard recule partout, un peu moins à Parilly, notamment à Labourbe comme dans quelques autres bureaux (Centre, Charréard)
- Mr Blein s’affaiblit presque partout sur le total de ses colistiers en 2014 (Ben Khemlifa et Iacovella) notamment dans le territoire Est (perte de 3 points), et se maintient aux Minguettes et au Moulin à Vent. A noter quelques cas particuliers, notamment sur le bureau Henri Wallon où il gagne plus de 8 points et Ernest Renan, où il en gagne 4.
- Michèle Picard bénéficie d’un vote assez homogène, mais se renforce aux Minguettes et faiblit légèrement au Moulin à Vent et à Parilly
- Sans surprise, les verts ont un résultat très contrasté, de 5,36% aux Minguettes et 7,6% dans l’Est, jusqu’à 13,6% à Parilly et 14,26% au Moulin à Vent, le quartier le plus proche de Lyon.
- L’abstention a plus fortement progressé à Parilly qu’au Moulin à Vent où elle était pourtant du même niveau en 2014.

Les sites de la SACOVIV

Compte tenu du débat récurrent sur la SACOVIV et du mensonge répété par les amis de Mr Blein au conseil municipal sur le rôle politique que jouerait cette société, on peut se demander quelle est la situation dans les bureaux de votes les plus marqués par la présence de sites de la société de logement de la ville.

Sur les 4 bureaux avec de nombreux locataires de la SACOVIV (Croizat 40% des électeurs sont locataires SACOVIV, Barel 31%, Monery 42% , Henri Wallon 52%), les résultats se différencient sur deux votes. D’abord celui pour Dureau (15,7% notamment sur les bureaux Croizat et Barel où le docteur a beaucoup de patients) et surtout sur le vote de droite pour Girard, qui en 2014 faisait un bon résultat sur ces bureaux, mais s’affaiblit en 2020 plus qu’ailleurs à 11,9%. Résultat, le total des droites LREM+LR qui avait 1 point d’avance sur la gauche de 2014 dans ces bureaux se retrouve à plus de 10 points derrière en 2020. Cette situation est en fait la même que sur l’ensemble des bureaux, la droite cumulée avait 7 points d’avance en 2014 et se retrouve distancé de près de 6 points en 2020. L’écart est un peu plus faible sur les bureaux SACOVIV... Enfin, les écologistes sont nettement en dessous de leurs score moyen, comme dans tous les quartiers populaires. Bref, les bureaux de vote avec la plus forte présence de sites SACOVIV ne sont pas différents des autres, tant pis pour les chimères répétées par certains au conseil municipal.

Annonces

Brèves Toutes les brèves

Navigation

ThèmesTous les tags

23/23
16/23