Les forces israéliennes arrêtent le président du Théâtre de la Liberté à Jénine

Lundi 19 septembre 2022

Bilal Al-Sa’adi, président du célèbre Freedom Theatre du camp de réfugiés de Jénine, a été arrêté le dimanche 11 septembre après-midi par l’armée israélienne au checkpoint de Za’atar alors qu’il rentrait à Jénine.

306470124_8678107398881685_3918204542580934884_n

Selon le Freedom Theatre, Bilal Al-Sa’adi, membre du « Palestinian Performing Arts Network », « a joué un rôle clé en tant que conseiller au sein du conseil d’administration du Freedom Theatre depuis sa création. »

Bilal Al-Sa’adi avait été déjà détenu par Israël sans inculpation ni procès en 2011.

« Cela semblait prémédité »

Le directeur général du Freedom Theatre, Mustafa Sheta, qui voyageait avec Al-Sa’adi, rdéclare à Jerusalem24 que leur voiture a été « arbitrairement et violemment arrêtée par les militaires israéliens » vers 16 heures. « On avait l’impression que c’était prémédité ».

Sheta et Al-Sa’adi rentraient à Jénine depuis Ramallah après avoir tenu une réunion avec le ministre palestinien de la Culture Atef Abu Saif.

Selon Mustafa Sheta, des soldats israéliens les ont arrêtés au poste de contrôle de Za’atar, au sud de Naplouse, et leur ont demandé de sortir du véhicule et de s’asseoir sur le sol. L’officier responsable a donné à Bilal Al-Sa’adi un téléphone, et Bilal Al-Sa’adi a parlé au commandant responsable de la région de Jénine. Ensuite, Bilal Al-Sa’adi a été arrêté, placé dans la jeep militaire, et il a été demandé à Mustafa Sheta de ramener la voiture de Bilal Al-Sa’adi à Jénine.

Mustafa Sheta n’a reçu aucune information sur les raisons de l’arrestation ni sur la destination d’e Bilall-Sa’adi.

« Peu après, vers 20 heures, un officier des services de renseignement israéliens - non identifié - a appelé la famille de Bilal et lui a demandé si Bilal prenait des médicaments, et l’a informée qu’il avait été arrêté », raconte Mustafa Sheta.

Lorsque la famille a essayé de connaître l’endroit où se trouvait Bilal Al-Sa’adi, elle a seulement été informée qu’il était dans un centre de détention dans la région de Naplouse, sans plus de précision.

Mustafa Sheta dit que le théâtre est en contact avec des groupes de défense des droits de l’homme qui ont été alertés de la situation, et qu’ils cherchent à obtenir des informations et des conseils supplémentaires.

« Une attaque contre les organisations culturelles »

Atef Abu Saif, ministre de la Culture, a publié une déclaration sur Facebook à la suite de l’arrestation : « Ce matin, nous discutions ensemble de la collaboration entre le ministère et le théâtre. Bilal, qui a contribué à la création du Théâtre de la Liberté et reste l’un de ses piliers, n’a jamais cessé d’espérer et de regarder vers l’avenir. - Liberté pour Bilal Al Sa’adi ».

Mustafa Sheta déclare à Jerusalem24 : « Nous considérons qu’il s’agit d’une attaque contre les organisations et la communauté culturelles en Palestine, et d’une perpétuation des actes continus de répression et d’intimidation d’Israël contre la société civile - surtout après la fermeture des sept ONG palestiniennes. »

Le Freedom Theatre a déclaré sur Facebook que cette arrestation « met en lumière la stratégie d’Israël consistant à cibler les artistes et les personnes impliquées dans les organisations culturelles dans le but de détruire l’identité palestinienne et de mettre fin à l’utilisation de la culture comme forme de résistance. »

Voir en ligne : sur le site de l’UJFP