Rencontre sur la burqa

Décembre 2009

L’association des libres penseurs et Regards de femmes organisaient ce samedi 6 décembre un débat sur le voile intégral avec André Gerin, député communiste et président de la mission parlementaire

Michèle Picard, maire de Vénissieux, introduisait la rencontre en affirmant son refus déterminé de laisser ces « prisons ambulantes » piéger les femmes.

Plus de 70 personnes ont participé pour écouter plusieurs intervenants

  • Hubert Sage, président de l’ADLP Vienne et vallée du Rhône ( Association des Libres Penseurs)
  • Michèle Vianès ( Regards de femmes ),
  • Pierre Cassen ( Riposte laïque ),
  • Faiza Alami ( vice présidente de NPNS )

Hubert Sage montrait que la cour européenne de justice avait toujours jugé en faveur des lois qui tenaient compte de « l’ordre public » pour limiter la place du religieux.

Michèle Vianès témoignait avec force de l’enjeu pour la liberté des femmes qui ne peut être vue comme une spécificité « occidentale », mais au contraire comme une exigence des femmes de tous les pays, y compris des pays musulmans

Pierre Cassen félicitait André Gerin pour sa lucidité et son courage contre la pensée unique en insistant sur la nécessité d’une loi

Faiza Alami, témoignait de sa propre expérience, jeune fille marocaine mariée de force et qui mettra des années pour obtenir le divorce, le droit de faire des études, pour devenir, grace à l’école de la république, une enseignante engagée dans les quartiers populaires. Elle dira notamment qu’il faut s’intéresser aussi aux garà§ons enfermés dans une représentation de la femme entre famille à cacher ou putain à violer.

André Gerin se concentrera sur le travail de la commission en présentant les questions qui semblent fait l’objet d’un consensus. Il dira d’ailleurs que pour la plupart des parlementaires, la commission a été un choc qui a permis de voir enfin la vérité d’une bataille fondamentaliste contre la république

Il inistera notamment sur la nécessité de décisions pour garantir le droit des femmes dans le secteur de la santé et dans l’éducation. La pression pour interdire aux hommes de soigner des femmes musulmanes, ou pour interdire aux filles de suivre certains cours à l’école. De même, il évoquera l’application de la loi sur le voile à l’école pour l’université.

La discussion a été nourrie. Un enregistrement sonore a été effectué et un compte-rendu plus détaillé sera sans doute réalisé.

Pour les communistes de Vénissieux, ce débat est indispensable. Certains ont été surpris de l’irruption du Front National dans les années 90. Mais l’extrême droite était pourtant présente, certes groupusculaires, depuis longtemps. Et c’est la conjonction de la crise sociale et de l’exploitation politique du racisme dans le jeu des forces gouvernementales qui a conduit Le Pen au deuxième tour des présidentielles de 2002.

Or, le fondamentalisme musulman est le vecteur d’une autre extrême droite politique, qui prend des formes fascisantes dans certains pays, même si elle s’exprime aussi sous des formes plus modérées. Bien sûr, les groupes salafistes qui organisent des lieux de cultes en pied de tour et font pression sur certaines familles, par exemple pour le port de la Burqa, sont encore marginaux. Mais l’organisation par Sarkozy du Conseil Franà§ais du Culte Musulman, l’opacité des négociations entre services secrets franà§ais et algériens ou marocains sur la nomination des imams, montre que l’état Franà§ais est prêt à les utiliser si besoin, entre autres comme repoussoir, pour gérer en sa faveur les rapports de forces.

Et la crise sociale dans le monde du travail est telle, avec la forte progression de la grande pauvreté en 2009, que le terreau est ouvert pour une percée d’une extrême droite musulmane, installée dans les quartiers populaires, au service des bourgeoisies montantes de la mondialisation.

Cette question doit donc interpeller les communistes, et plus largement les forces progressistes. Soyons solidaires des jeunes filles qui se battent pour leur liberté contre les traditions et l’oppression religieuse ! Démontrons que nous pouvons construire la solidarité du peuple sur des bases de classes, indépendamment des origines et des confessions.

info document info document info document info document info document info document info document

Vos réactions

  • jp merlo 7 décembre 2009 19:52

    Bonjour,

    J’use de ma « libre pensée » pour vous dire que je ne suis pas d’accord avec la campagne contre la burqa et le voile entreprise par la commission parlementaire présidée par André Gérin et soutenue par l’UMP.

    Le problème en France n’a rien à voir avec ce qui se passe en Egypte ou en Turquie. Le nombre de musulmanes en burqa en France doit être de l’ordre de la centaine. Interdire la burqa par une loi reviendrait à considérer les femmes musulmanes comme infantilisées et incapables de se défendre par elles mêmes. En légiférant pour interdire on va transformer en martyre ces femmes voilées et par extension renforcer le discours islamiste qui se nourrit du racisme persistant anti-arabe ou anti-africain en France. On doit être libre de s’habiller comme on veut. Les lois existantes garantissent aux femmes d’origine arabe ou musulmane la liberté de s’habiller à l’européenne comme le fait l’immense majorité d’entre elles. Sur l’argument de choisir le sexe du médecin, nous avons déjà la loi sur le respect de la vie d’autrui utilisée contre des sectes comme les Témoins de Jéovah. Faire le bonheur des gens malgré eux a servi à couvrir les pires excès du mouvement communiste d’hier. Je trouve qu’André Gérin devrait s’interroger sur le grand plaisir qu’il procure à Nicolas Sarkozy, en présidant cette commission anti burqa. C’est bien dans la ligne sarkozyste de créer des diversions pour ne pas s’attaquer aux vrais problèmes des banlieues, de la pauvreté et de la drogue. Tout cela au moment du lancement de ce faux débat sur l’identité nationale. Je pense aussi qu’un certain nombre de revendications justes de votre courant pour améliorer la vie démocratique du PCF s’en trouve amoindri. Enfin si tout ce que fait et décide André Gérin est parole d’évangile, pour tous les membres du courant que vous défendez, permettez moi de douter de la justesse de vos propositions.

    Amicalement.

    • Rencontre sur la burqa 16 décembre 2009 21:25, par Mireille Popelin

      « On doit être libre de s’habiller comme on veut » ? Ai-je le droit de me promener en maillot de bain en ville ? Un aborigène aurait-il le droit de se promener à Lyon vêtu de son seul étui pénien ? Imaginez la scène et la rencontre avec une femme en burqa ?? C’est une phrase des « indigènes de la République » qui soutiennent cette pseudo-liberté pour mieux supprimer NOS libertés, celles des citoyennes franà§aises acquises par les luttes des révolutionnaires, la Commune, la Résistance, les luttes anticoloniales et Mai 68 !

      Comment expliquez-vous que des milliers de femmes qui vivent en pays musulmans souhaitent s’affranchir de la charia et ne plus vivre sous voiles de toutes sortes, burqas comprises ? Accepter la burqa en France c’est accepter que « certaines femmes » soient moins libres, moins égales que d’autres ? C’est du racisme.

      Je soutiens, moi, femme, communiste et militante pour les droits des femmes et la laïcité le combat du député André Gerin !

      Mireille Popelin