Solidarité avec Roger N’Zembélé

Avril 2011

À l’appel de RESF un rassemblement a été organisé devant l’école Léo Lagrange où ses enfants sont scolarisés.

Solidarité avec Roger N’Zembélé père de famille congolais menacé d’expulsion Arrêté le 28 mars dernier, il est toujours placé au centre de rétention de St-Exupéry, en attente de la décision du tribunal administratif de Lyon jeudi matin À l’appel de RESF un rassemblement a été organisé devant l’école Léo Lagrange où ses enfants sont scolarisés. Un gouter a été offert aux enfants et aux familles venues nombreuses témoignées de leur solidarité à la maman et leurs deux enfants Les conseillers généraux Marie Christine Burricand et Christian Falconnet, la direction municipale de la ville de Vénissieux, ont rappelé leur soutien et leurs courriers au préfet. RESF, la section de Vénissieux du parti communiste, le réseau d’alerte et de solidarité étaient aussi présents. Rendez vous a été pris pour jeudi matin au tribunal suivi d’un pique nique place Guichard

info document info document info document info document info document info document info document info document info document info document info document info document info document

Vos réactions

  • Roger N’ZENBELE enfin libre ! 23 avril 2011 08:46, par pam

    COMMUNIQUÉ DE PRESSE du maire de Vénissieux

    Roger N’ZENBELE enfin libre !

    Aujourd’hui à 16 heures, Roger N’ZENBELE a été libéré du centre de rétention administrative de Lyon où il était retenu depuis le 28 mars.

    En France depuis 10 ans, il a fondé une famille et est père de 3 enfants. Ne pas tenir compte de son intégration à la vie sociale était inhumain et profondément injuste.

    La mobilisation des parents d’élèves, enseignants, associations, élus, citoyens a donc payé.

    C’est une première victoire qui doit nous conforter dans notre lutte contre cette machine répressive et aveugle, ordonnée par le gouvernement.

    Il faut maintenant exiger sa régularisation afin que Roger n’Zenbele puisse vivre dignement en France.

  • Monsieur le Préfet,

    C’est à titre exceptionnel que j’interviens auprès de vous pour vous demander de reconsidérer la situation administrative de M. Roger N’Zenbele, ressortissant Congolais, actuellement placé au centre de rétention de Saint-Exupéry à Lyon, et ce, depuis le 28 mars dernier.

    Entré en France en 2002, il vit avec sa famille, sa compagne en situation régulière et leurs trois enfants, à Vénissieux dans ma circonscription. Deux enfants, Doudou et Bryan sont scolarisés à l’école Léo Lagrange de Vénissieux et Fendi est inscrite à la crèche Eugénie Cotton.

    Le placement de M. Roger N’Zenbele en centre de rétention administrative en vue de son expulsion vers la République démocratique du Congo, pays dans lequel il est menacé, a provoqué un fort élan de solidarité autour de lui.

    Mme le Maire de Vénissieux, l’équipe municipale, les parents, les proches, les enseignants et nombre de personnes sont acquis à sa cause, 2200 signatures ont été recueillies à ce jour afin qu’il demeure sur le territoire national.

    Monsieur le Préfet, je vous demande de surseoir à la décision d’expulsion de M. Roger N’Zenbele et lui accorder un titre de séjour pour raisons humanitaires.

    Il ne doit pas séparé de ses enfants, de sa famille et de tous ceux qui l’entourent. Toutes les conditions devraient être réunies afin qu’il puisse demeurer sur le territoire national.

    Monsieur le Préfet, j’espère que vous prendrez en considération ma demande et de suspendre cette expulsion.

    Dans cette attente,

    Je vous prie d’agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de mes salutations les meilleures.

    André GERIN

  • pam 16 avril 2011 11:15

    Une nouvelle mobilisation a eu lieu Jeudi 14 Avril à l ’école avec plus de 50 parents présents le matin et en soirée.

    Les participants présents au tribunal étaient très en colère devant la froideur administrative de la justice et de la police. Si Roger N’Zembélé a pu prendre ses enfants dans ses bras pendant la séance, dès que la décision de le maintenir en détention a été prononcée, la police l’a emmené sans l’autoriser à s’approcher de sa femme.

    La discussion a ensuite porté sur les conditions de mobilisation set les élus présents (dont Christian Falconnet, Pierre-Alain Millet, Evelyne Beroud, avec Lotfi Bel Kelifa et Jef Ariagno) ont évoqué les interventions du maire et du député, tout en insistant sur la vraie force pour faire hésiter le préfet, la mobilisation la plus large possible autour de l’école et de la famille….

    Plusieurs décisions d’actions ont été prises

    • un rassemblement avec casseroles devant la préfecture ce samedi matin
    • une marche de l’école jusqu’à la mairie lundi à 17h
    • un spectacle à la salle Erik Satie Mardi matin suivi par un défilé jusqu’à l’école