Avec les salariés de General Electric, refusons le plan de suppression d’emploi !

Mardi 23 novembre à 10h, devant l’hotel Mercure
22 novembre

Depuis le mois de septembre, nous savons qu’un grand plan social est en cours sur l’un des derniers sites industriels de grande ampleur de Villeurbanne, Grid solution/General Electric (GE). Durant cette période, le Parti Communiste Français a alerté et mobilisé sur cette situation contre le gâchis social et industriel que représente ce plan.

Ainsi, nous avons participé à des débrayages, interpellé la direction, présenté des vœux dans toutes les collectivités concernées (Ville, Métropole, Région) et fait intervenir notre secrétaire national, député du nord Fabien Roussel à la chambre des députés mais aussi à Villeurbanne.

Vendredi 20 novembre, le début des négociations du Plan de Sauvegarde de l’Emploi (PSE) est annoncé. La direction de GE prévoit de ne garder que 60 emplois sur plus de 600. Le but de GE, en achetant Altsom énergie, malgré les subventions reçues, a été uniquement de récupérer la technologie de pointe de cette entreprise, pour ensuite aller produire et concevoir moins cher ailleurs….

L’intersyndicale appelle à la grève reconductible à partir du Lundi 23, 8h et de se rassembler à l’entrée du Site de Villeurbanne Rue Cyprian. Nous invitons tous les Communistes à aller sur le site réaffirmer leurs soutiens aux salariés de Grid/GE.

Mardi 24 novembre, la négociation du PSE, entre Organisations Syndicales et dirigeants de GE à 10h à l’Hôtel Mercure, 12 Cours de Verdun Rambaud Lyon 2e « Château Perrache ». Nous demandons là aussi à tous les camarades disponibles de se rendre devant l’Hôtel afin de soutenir les salariés en lutte et de défendre l’emploi industriel sur notre territoire.

Fraternellement
Pour la fédération du Rhône
Benoît Roux

Tous ensemble avec les General Electric Mardi 24 novembre à 10h

Esplanade De La Gare, 12 Cours de Verdun Rambaud,
entre la gare SNCF de Perrrache et le centre d’échange

Déclaration nationale du PCF

Une restructuration est en cours dans l’entité Grid Solutions de General Electric, implantée à Villeurbanne, Saint-Priest et Aix-les-Bains. Elle doit conduire à la suppression de 674 emplois dans des activités aussi stratégiques que le transport d’électricité à très haute tension en courant continu actuellement développé en Europe pour diminuer les pertes d’énergie liées à la distribution d’électricité et en améliorer l’efficacité énergétique. Seraient également compromis voire abandonnés des projets innovants et écologiques comme les transformateurs sans gaz à effet de serre ou les transformateurs optiques, développés grâce à des financements publics et actuellement au stade de l’industrialisation.

Dans le cadre du processus de consultation, les syndicats de salariés, dans l’unité, portent une série de propositions crédibles et sérieuses pour améliorer l’efficacité de court et de moyen terme du site de Villeurbanne sans en passer par des coupes sombres dans les effectifs : rétablir une cohérence Recherche et Développement – Ingénierie – Production – Services, conserver les compétences essentielles, mutualiser les moyens par des relocalisations d’activités, et poursuivre les programmes d’innovation technologique pour préparer l’avenir.

Ces propositions sont balayées d’un revers de la main par la direction de General Electric dont la stratégie n’est pas industrielle mais purement financière à court-terme : segmenter, abandonner les productions nécessitant des investissements dans le temps long pour les activités de service dégageant des marges immédiates importantes, pour finalement se désengager à plus ou moins brève échéance de la branche énergie.

Nous soutenons les solutions portées par les salariés de Grid Solutions à Villeurbanne et nous affirmons notre soutien total à leur mouvement de grève. Nous appelons les habitants de la région Lyonnaise à leur exprimer leur solidarité. C’est tout un tissu industriel de sous-traitance et des emplois indirects de services qui sont menacés.

Des mouvements larges et puissants doivent aujourd’hui émerger pour imposer de nouvelles logiques avec au cœur l’emploi, les qualifications, la maîtrise publique, l’investissement pour des productions nouvelles.

Les discours présidentiels sur la réindustrialisation du pays doivent maintenant se traduire par des actes concrets, à plus forte raison lorsqu’il s’agit d’une filière stratégique de l’approvisionnement en électricité et de la transition énergétique.

Dans l’immédiat, nous demandons la suspension du plan de suppressions d’emplois dans l’entité Grid Solution de General Electric, qui n’a aucune justification économique ni industrielle, et qui menace directement les capacités françaises et européennes pour les équipements de la fourniture d’électricité.

Le gouvernement doit prendre toute mesure conservatoire à l’égard de General Electric pour retrouver la maîtrise publique de l’ancienne branche énergie d’Alstom. Il n’est plus acceptable que les financements publics, CICE, CIR, subventions régionales pour les pôles de compétitivité financent les licenciements, encore moins dans le contexte de pandémie qui mobilise des centaines de milliards d’euros publics à travers les différents plans de relance. Les réponses à la crise comme aux défis écologiques et économiques qui sont face à nous passent par l’emploi et les compétences des femmes et des hommes. Les filières industrielles telles que celles de l’énergie ou de la santé, ont besoin d’une stratégie publique nationale reposant sur des acteurs nationaux et des investissements dégagés des critères de profitabilité immédiate.

Voilà à quoi veut contribuer le Parti Communiste Français avec l’organisation d’états généraux pour une révolution de l’industrie énergétique.

« Le jour d’après » doit être « le système d’après », en rupture avec le capitalisme. Il y a urgence pour des millions de Français, comme pour le climat.

Pour les informations sur les rendez-vous de la mobilisation : Twitter CGT GE Villeurbanne ou Facebook CGT GE Villeurbanne

Voir en ligne : le site de la CGT de General Electric Villeurbanne

CGT GE