Chez TOTAL à§a continue

Rassemblement le 8 mars à la Défense et grève à Dunkerque
Mars 2010

Apparemment, chez TOTAL à la raffinerie de Dunkerque, la lutte continue, contrairement au black-out des médias sur cette lutte et ce que l’on a cherché à nous faire croire lors de la fausse négociation avec la bureaucratie syndicale. J’ai trouvé l’info suivante sur le blog du Front Syndical de Classe (militants CGT + FSU) à l’adresse suivante : http://www.frontsyndical-classe.org/

Ce texte correspond au fait que la direction de Total doit présenter ce lundi 8 mars son projet en remplacement de la fermeture de la raffinerie. Les syndicats appellent à une manifestation à la Défense à cette occasion. La CGT-Energie menace d’une nouvelle grève nationale si les engagements de maintien de l’emploi ne sont pas tenus. Or le terminal méthanier proposé ne créerait que 86 emplois et ne fonctionnerait qu’en 2015 !

Il serait nécessaire d’organiser une quête de solidarité au moyen du réseau « Faire vivre et renforcer le PCF ». Envoyons nos chèques aux camarades les plus proches et faisons converger notre pécule par les camarades du CN afin de lui donner une dimension politique forte.

Pascal


A TOTAL Dunkerque et ailleurs : contre la régression sans limite et la casse du pays, combattre le système et le pouvoir qui en sont la cause

Dimanche 7 mars 2010

Depuis plus de 25 ans, le peuple subit la politique unique du grand capital qui, au nom du profit maximal, entraîne une régression sociale sans limite : casse de l’industrie et de l’emploi, des salaires, de la protection sociale, des services publics, des libertés syndicales et démocratiques… Aujourd’hui, les grands groupes capitalistes, leurs gouvernements et leur UE, entendent profiter de leur crise pour accélérer encore leur offensive.

Face à cette « guerre de classe  » et à la résistance populaire qui s’y oppose, le mouvement social est miné par un certain nombre de forces qui considèrent le capitalisme comme indépassable et qui travaillent, au nom d’un capitalisme "raisonné" ou "moral", à faire accepter par le peuple le renforcement de son exploitation. C’est en particulier le cas de la Confédération Européenne des Syndicats qui, orientant l’activité des confédérations nationales, porte désormais le mot d’ordre "sauver le capitalisme de lui-même", au point que Sarkozy n’arrête plus de s’épancher pour féliciter les directions syndicales franà§aises et leur "esprit de responsabilité".

L’association Front Syndical de Classe, regroupant à l’initiative de militants CGT et FSU, des syndicalistes décidés à combattre les empiètements quotidiens du capital en même temps que le capital lui-même, travaille à faire reculer l’influence des courants réformistes qui affaiblissent tant le mouvement populaire.

Il apporte son soutien sans faille à tous les combats qui résistent aux tendances conciliatrices visant à faire accepter les sacrifices imposé par le capital, au nom du "réalisme" ou du moindre mal. Le réalisme, c’est de reconnaître que le capitalisme est synonyme de régression sans fin et qu’il ne peut y avoir de solution durable en son sein pour les travailleurs ; c’est de reconnaître que la négociation des régressions au nom du moindre mal débouche sur le pire.

C’est pourquoi la lutte magnifique des travailleurs de la raffinerie de Dunkerque mérite un soutien national. Les Total de Dunkerque (ou les Philips de Dreux) ont le grand mérite de porter le fer dans la logique capitaliste et de ne pas rentrer dans le jeu "de la prime à la casse". Leur volonté de sauver l’outil de travail et leur emploi place le combat sur un enjeu de classe fondamental : la sauvegarde du produire en France donc l’avenir même du pays alors que les grands groupes capitalistes sont en train de le désosser.

Les aider à gagner ce combat, c’est contribuer à inverser enfin la logique capitaliste qui a entamé depuis trop longtemps la ruine pour la France et son peuple.

Le 8 mars, rassemblement en soutien aux travailleurs de la raffinerie des Flandres et de Total. RDV à 12 heures devant l’ancien siège de Total : 24 cours Michelet, Puteaux (92), Métro Esplanade de la Défense (ligne 1).

Participons à toutes les initiatives, popularisons leur lutte, soutenons les financièrement !

Chèques à l’ordre de : Intersyndicale RF TOTAL

Adressé à  : Intersyndicale TOTAL SUD – CGT – FO

Raffinerie des Flandres.

Route du Fortelet Mardyck 59279 BP 26.

Vos réactions

  • Pascal Brula 9 mars 2010 23:16

    Ci-joint les dernières nouvelles de la raffinerie Total de Dunkerque :

    Total : la CGT menace de relancer la grève suspendue le 24 février

    Associated Press, 9 mars 2010

    La CGT a annoncé, mardi, l’organisation d’assemblées générales dans les raffineries du groupe Total « dans les trois ou quatre jours qui viennent » en vue d’une relance de la grève suspendue le 24 février dernier. Une intersyndicale est prévue jeudi au siège de la CGT. « Le principe a été retenu d’organiser des assemblées générales sur les raffineries dans les trois ou quatre jours qui viennent pour relancer le mouvement », a déclaré mardi à l’Associated Press le secrétaire général de la Fédération CGT de la Chimie Jean-Michel Petit. « L’objectif est de reprendre le mouvement au plus vite. Dès mercredi, sur certains sites, il y aura des assemblées générales », a ajouté M. Petit, qui s’exprimait alors qu’une réunion des syndicats CGT du secteur du pétrole se tenait, mardi, au siège de la CGT à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Une réunion intersyndicale du groupe Total est prévue, également au siège de la CGT, jeudi à 14h, a-t-il précisé. Une reprise de la grève illimitée aurait pour objectif d’« exiger le redémarrage de la raffinerie » des Flandres près de Dunkerque (Nord), et que « Total propose un véritable projet et pas ce qui a été présenté », lundi lors du comité central d’entreprise (CCE), selon M. Petit.