Assemblée Nationale des Communistes

Comment cela est-il possible ?

Décembre 2007

Alors que la majorité des assemblées de sections ont exprimé la volonté des communistes de rester communistes (les procès verbaux en témoignent : autour de 70 % ?), ce que l’on sait des débats comme le texte adopté par l’assemblée générale extraordinaire des 8 et 9 décembre sont loin de refléter cette volonté des adhérents.

Comment cela est-il possible ?

Concrètement, cela signifie que ni la majorité des délégués à l’AGE, ni la direction nationale du Parti, n’ont tenu compte de la volonté clairement exprimée des communistes à la base.

Se pourra-t-il que celles et ceux qui viennent de se livrer à ce déni de démocratie, pris la main dans le sac, n’aient pas la dignité de démissionner ?

Et s’ils veulent rester en place pour en finir avec toute force communiste organisée, les communistes vont-ils laisser faire ? Les communistes, c’est-à -dire chaque adhérent pris à part ?

Pour ce qui me concerne, en soulignant que mon âge ne permet pas que l’on me suspecte d’ambition personnelle, je crois indispensable :

  • de dénoncer ce viol des communistes, notamment par cette contribution au débat ;
  • de demander la démission de celles et ceux qui, responsables de ce déni de démocratie, n’auraient pas l’honnêteté de démissionner de leurs responsabilités ;
  • de demander la tenue d’Assises du communisme ouvertes, sans préalable, à celles et ceux qui veulent se doter d’une organisation communiste du 21e siècle pour en finir avec le capitalisme.

Jean-Franà§ois Autier, ajusteur mécanicien, adhérent du PCF depuis le 3-1-1963.