34e congrès du Parti communiste franà§ais

Déclaration des communistes de la cellule Broaillier

Novembre 2008

La bande à « Sarko », la droite, le M.E.D.E.F frappent.

Ils nous sucrent tous nos acquis sociaux, démocratiques, politiques, les services publics ; ils démantèlent l’industrie, l’agriculture familiale, ils dérèglent la planète, l’univers ; ils sont incapables d’assurer un travail, un salaire et une retraite décents à toutes et tous ; et ils veulent faire disparaitre le Parti communiste franà§ais, la force politique essentielle de résistance et de proposition alternatives au capitalisme.

A gauche, des manœuvres visent également à faire disparaitre le Parti communiste franà§ais.

Au Parti communiste franà§ais, des voix de dirigeants nationaux s’élèvent pour changer la dénomination pour un « Parti de fauche » ;, " ; ou pour aménager son nom ; ou pour le transformer !… pour quoi faire ? malgré le vote des communistes ?.

Cela nous inquiète fortement. Ou va-t-on ? C’est inadmissible.

A quand l’appellation Monsieur X ou Y ? Avec tous le même physique ?

Nous communistes de la cellule BROAILLER à Vénissieux dans le Rhône, réunis ce vendredi 14 novembre 2008 pour préparer le congrès, (nous étions 12 Présents), rejetons toutes ces manœuvres et prises de positions qui divisent et font pression.

Les communistes de France par leur vote, les 29 et 30 octobre 2008 se sont prononcés souverainement, à§à une très forte majorité pour le Parti communiste franà§ais

Personne n’a le droit de remettre en cause cette souveraineté, cette décision. Nous exigeons que la souveraineté, la démocratie soient respectées dans le parti.

Nous voulons débattre au congrès de la politique du Parti communiste franà§ais,n de son projet de société alternatif à la société capitaliste, de l’internationalisme, du rassemblement, de l’autonomie du Parti communiste franà§ais, de son fonctionnement en lien avec les travailleurs et la population.

Vénissieux, le 14 novembre 2008 Le secrétaire : Robert Gibert