Contribution au 33e congres (site PCF)

Je ne m’y retrouve plus….

Martine Ragonnet
Octobre 2005

Chers camarades,

Depuis plusieurs mois je ne me retrouve plus dans le positionnement politique des élus communistes au Conseil Régional :

  • l’affaire de Colette Tignères perdant sa délégation aux droits des femmes pour cause de vote hostile au budget (et l’absence de réponse actuelle malgré plus de 1500 signataires en demandant la restitution)
  • ce budget 2005 dont l’augmentation pour les contribuables ne devait représenter tout au plus la valeur de quelques paquets de cigarettes ou places de cinéma ( !) un budget voté par les élus communistes, alors qu’à Béziers lC. Gayssot est membre de ce groupe, sans une réunion publique avec la population biterroise (pas plus qu’avec les communistes) pour moi cette augmentation se chiffre à plus de 50 euros sur mon impôt foncier. ..
  • le non remboursement des livres aux fédérations de parents d’élèves (donc aux parents) alors même que la campagne de communication pour la Septimanie engloutissait des centaines de milliers d’euros 1

Je veux m’attarder un peu plus sur cette dernière mesure (dont au demeurant personne ne remet en cause le fondement, mais la méthode…) comment des élus communistes ont-ils pu accepter que soient ainsi pénalisés les parents et leurs associations ?

encore un mystère pour moi..

Les livres achetés pour la seconde valaient entre 150 et 180 euros’ tous les élèves de la région en terminale l’an dernier, en première cette année et en seconde l’an prochain peuvent jeter leurs livres !!!!

Colère dans les familles, gâchis de livres, et rentrée sinistre pour ces familles : inutile de dire que le paquet de cigarettes a atteint la taille et le contenu d’un gros chariot de supermarché et que la campagne sur l’an II a hérissé cette classe d’age ! Les libraires, dont certains disent leur désarroi devant des jeunes en pleurs lorsqu’ils apprenaient que leurs livres ne seraient pas repris…, déplorent aussi le fait que les lycéens s’éloignent ainsi encore un peu plus de leurs magasins.

(tout de même peut on réfléchir au fait qu’en PACA, la région se mobilise aujourd’hui à grands frais pour ramener les lycéens vers des librairies qui se raréfient ?)

Autour de moi c’est une vraie colère qui s’exprime ; remarque la plus courante : « ils nous méprisent ». La mascarade sur la Septimanie étant perà§ue comme le dernier avatar d’une faà§on de faire révélatrice ; le « ils » n’ayant aucune équivoque : aucun regret de la gestion de Blanc, mais l’attente était à la mesure de l’espoir, …déà§u (rappel de 2002 très présent)

La concertation, le débat, la démocratie, l’attention au plus fragilisés dans cette société (bien sûr il faut taper sur cette droite) … il me semblait que c’étaient là quelques fondamentaux de l’élu communiste, au-delà des mots…

Je tenais à vous faire part de ces questionnements qui au-delà des miens sont aussi ceux de mes collègues de travail, de plusieurs élèves et de leurs parents, de femmes… je suis souvent interpellée parce que justement je suis communiste et que ces positions inadaptées sont ressentis comme une trahison, un lâchage, du mépris et là non plus, aucune ambiguïté sur le positionnement politique, clairement à gauche, communiste, sympathisant n’ayant aucune illusion sur le personnage G. Frêche, mais en ayant eu sur les élus communistes…

Bien sûr, si j’écris encore c’est que, en communiste militante, je pense que tout peut évoluer.

C’est ce que je souhaite sincèrement. Fraternellement

Martine Ragonnet, 34500 Béziers