Contribution au 33e congres (site PCF)

L’urgence : une approche dialectique

Alain HOGER
Novembre 2005

Contribution à la tribune de discussion du 33eCONGRES DU PCF

HOGER Alain, Section Nord-Est Toulouse - Haute-Garonne

1- Rompre et affirmer comme perspective politique

L’urgent est de rompre avec la logique économique de ce capitalisme mondialisé qui massifie son oppression et qui réduit la vie à la survie. Mais en même temps et avec la même force il nous faut affirmer l’unité de l’activité humaine. Une société c’est inséparablement des rapports sociaux et des vies individuelles et il est temps d’aller vers une plus grande conscience de l’humain. Cessons de sous-estimer l’ampleur des désaliénations à entreprendre sans délai. Rien n’est possible sans le développement intégral des individus. Plus d’individu morcelé, de conscience publique mystifiée, un radical renversement de l’ordre existant est posé : constante réappropriations personnelles ou puissances humaines socialement chosifiées.

2 - Créer et rejeter comme méthode d’action

La voie d’une désaliénation radicale est à créer, elle doit nous permettre d’obtenir un présent d’émancipation et d’anticipation, de rendre motrice la dialectique aujourd’hui grippée du social, du politique et du culturel, du droit, du pouvoir et du sens. Elle doit lier les combats revendicatifs, transformateurs, émancipateurs et permettre des transversalités sanssubordination pour trouver des convergences de radicalité et faire du devenir de l’action politique : "le mouvement réel qui dépasse l’état de choses actuel", loin des discours de simple dénonciation sans alternative vraie.

Cette nouvelle voie doit donner à voir le but et le bout de sesactes dans tous ses actes et mettre en lumière les pratiques sociales civilisés et civilisantes où prend corps la dignité de la personne. Mais en même temps il va nous falloir rejeter, même diluée, toute forme d’avant-garde et pourchasser de la représentation du futur social, le terme d’idéal.

3 - Programme et animation comme engagement

L’urgence est donc que s’affirme le besoin d’émancipation, de solidarité, de coopération, de justice sociale pour une élévation de civilisation. Que lesfemmes et les hommes, toutes les forces qui combattent les exploitations, les dominations, les discriminations pèsent politiquement du poids qui est le leur. Il s’agit donc de constituer un programme anti-libéral et en même temps de se poser collectivement comme une question politique la question de l’animation nécessaire pour l’élaborer.