Le mouvement social n’attendra pas 2020 !

, par  PCF Vénissieux , popularité : 4%

Le gouvernement Macron-Philippe a choisi la stratégie du choc, avec la multiplication des réformes, travail, logement, SNCF, hôpitaux, justice, migrants, université… Il montre ses muscles policiers à Notre-dame des Landes, pour convaincre qu’il est prêt à réprimer toute résistance, comme il multiplie les interventions policières violentes contre des grévistes, les éboueurs parisiens ou les étudiants de Nanterre ou la Sorbonne, tandis que la droite la plus réactionnaire s’en prend violemment aux étudiants de Montpellier.

Le mouvement des cheminots a surpris le gouvernement qui le croyait isolé dans l’opinion publique après les déboires et accidents qu’avait connu la SNCF, mais c’est le contraire qui se produit. Les Français ont bien compris qu’il s’agit derrière le statut et la dette, d’engager la privatisation du rail pour fermer des lignes et des gares non rentables, supprimer des milliers d’emplois, et laisser quelques grands groupes faire des profits sur les activités rentables, avec des subventions publiques, comme pour la ligne TGV Tours-Bordeaux confiée au groupe VINCI. Comme les colères se multiplient, Air France, Epahd, hôpitaux, collecte des déchets, étudiants, enseignants du supérieur, le gouvernement s’agite.

Nous appelons les Vénissians à renforcer leur mobilisation dans le soutien aux cheminots, à participer aux collectes que nous organisons sur les marchés, et à se mobiliser sur leur propre revendication, au travail, pour le logement, pour la défense et la reconquête des services publics, et notamment pour les moyens des communes qui sont le premier lieu de la solidarité et de la citoyenneté.

Pendant ce temps, les élus socialistes de Vénissieux se préoccupent de… 2020 ! Ils n’ont toujours pas compris que leurs défaites de 2014 et 2015 viennent de leur refus de participer à un rassemblement populaire défendant la commune et ses habitants contre les réformes gouvernementales. Et ils ne peuvent pas assumer leur soutien aux réformes Macron-Philippe, et restent dans l’ambiguïté politicienne. Le président de la métropole n’est plus socialiste, mais c’est une députée en marche qui préside le groupe des élus socialistes ! Et qui sait ce que les élus socialistes ou en marche de Vénissieux pensent de la casse de la SNCF ?

Mais ils ont bien compris qu’ils n’ont pas de candidat crédible face à Michèle Picard pour conduire la liste métropolitaine de 2020. Car il y aura deux élections en 2020, une élection municipale dans chaque commune, et une élection métropolitaine regroupant Vénissieux, Saint-fons, Corbas, Feyzin et Solaize…

On apprend dans la presse lyonnaise qu’ils appellent le député Yves Blein au secours, aveu de faiblesse et piège terrible pour ce député qui n’a dû sa réélection qu’à sa conversion opportuniste à en marche et à la division de la gauche. Mais un député ne peut pas être maire, autant dire que son éventuelle candidature métropolitaine ne serait qu’une candidature de témoignage pour freiner ceux qui « tiennent le cap à gauche » à la métropole !

Toutes ces politicailleries sont désolantes pour les habitants, les salariés, et tous ceux qui agissent pour faire reculer ce président des riches. Les communistes Vénissians savent que l’équipe municipale a déjà un bilan important au service de tous les habitants, et ils proposeront en 2020 comme en 2014 le plus large rassemblement pour la commune et la métropole, pour les services publics, contre l’austérité et la précarisation généralisée de la vie des habitants.

Mais l’actualité, c’est de ne pas en rester à la colère contre Macron, et de faire grandir les solidarités et les mobilisations. Rendez-vous dans la rue le 19 Avril !

La section PCF Vénissieux
Le groupe des élus communistes et républicains de Vénissieux

Annonces

Brèves Toutes les brèves

Navigation