Contribution au 33e congres (site PCF)

POUR LES TRADITIONS, POUR LE PARTI Enregistrer au format PDF

Daniel Tornade, section de Suresnes
Novembre 2005

Je pense dans le cadre de ce 33e congrès, que pour changer de politique et le cours des choses dans ce pays et dans le monde dans le sens des intérêts populaires et ce, efficacement et durablement, nous avons besoin d’être clairs sur plusieurs objectifs et surtout objectifs dans notre ana lyse et sur la perspective que peut offrir le parti au mouvement social et au peuple.

Tout d’abord la capacité transforrmatrice du parti ne tient que si elle ne s’appuie sur un apport théorique incontestable et intact. Et comment trancher sur la finalité de l’application de notre proposition d’ une sècurité d’emploi et de formation ? Qu’est-ce qui améliore réellement les conditions de vie du peuple ? Quellc pensée économique et politique est vraiment novatrice et communiste ? Quelle stratégie pour un rassemblement majoritaire en 2007 ? Quelles marges dc manœuvre pour une autre politique ? Etc. etc. Le Congrès devra à mon sons trancher sur ces quelques questions qui me paraissent essentielles entre autres.

En effet le chômage est socialement traité certes, certainement de faà§on insuffisante. La capacité transformatricc du parti est donc mise à l’épreuve pour répondre de faà§on durable juste et efficace à une autre conception du travail salarié quelqu’il soit et des rapports humains au sein du lieu de travail et de la cité. Car la droite privilégie le droit de l’entreprise sur le droit du travail et avec elle les droits sociaux et les garanties collectives sont remis en cause.

Soyons objectifs pour quc le parti vive il a besoin d’être lui-même. Cela implique de présenter ses traditions de redéployer une vie du parti dans les quartiers populaires et les entreprises et de savoir qui nous sommes et où nous allons. Cela n’a rien d’acquis dans la période actuelle. Il y a un travail immense. à mon avis à fournir de ce point de vue si nous voulons continuer d’exister dans le paysage politique face à la droite et à son projet.

L’ adhérent au cœur du parti est une idée intéressante mais il est indispensable de la développer sachant que le pouvoir c’est le pouv oir et que les hommes d’état sont les hommes d’état. La développer certes mais dans l’intérêt du parti et sans imperfections et vide théorique, ce qui est parfois le cas dans nos échanges militants. D’où la nécessité de rendre notre pensée concrète et accessible à tous et à chacun.

Enfin net faut-il pas a la lumière de l’actualité des violences urbaines veiller à légitimer un cosmopolitisme fort pour en finir avec les clans dans les banlieues sans clientélisme ?

Prenons par exemple. Marseille ct sa vie même.