Pour la palestine, mercredi 2 Juin, 17h30 place de la paix à Vénissieux

30 mai

Les communistes de Vénissieux, les amis de la Palestine et de tous les peuples en lutte contre la colonisation vous invitent ce mercredi 2 juin à 17h30 place de la paix à Vénissieux

Les armes se sont tues pour l’instant à Gaza, l’armée israélienne étant dans l’impasse devant la résistance palestinienne et la solidarité de tous les palestiniens, de Gaza, de Cisjordanie, comme d’Israël. Tous ceux qui préféraient la guerre, dont Netanyahou en difficulté politique pour se succéder comme premier ministre, vont chercher comment poursuivre leur travail de sape pour interdire toute création réelle d’un état palestinien avec Jérusalem-Est comme capitale, conformément aux décisions de l’ONU. La colonisation va continuer, et la destruction de toutes les bases économiques et sociales de la Palestine aussi.

Notre première responsabilité est d’affirmer notre solidarité pour le droit des peuples, et en premier lieu pour le peuple palestinien. Et nous ferons tout contribuer à cette solidarité avec l’association Jénine-Vénissieux.

Nous vous invitons à un évènement symbolique le 2 juin prochain place de la paix à Vénissieux. Notre ami palestinien de l’association Jénine-Vénissieux sera présent et organisera un appel visio avec un député palestinien qui sera à Jénine en palestine sur le square Blandine Chagnard, la responsable communiste Vénissiane grande militante de l’internationalisme, décédée il y a 5 ans en Algérie après un tour de méditerranée. Nos amis palestiniens de Jenine ont dénommé un square à son nom en solidarité.

Ce sera l’occasion de lui remettre la collecte de solidarité en cours et de relancer la pétition pour la libération de Marwan Barghouti, dirigeant palestinien symbole de l’unité du peuple et de la pertinence du projet d’état palestinien à coté de l’état d’Israël.

marwan_barghouti_painting

« Stop à la colonisation, stop à l’escalade guerrière, la France doit reconnaître l’Etat de Palestine » (déclaration de Fabien Roussel)

Les informations qui me parviennent de mes amis israéliens et palestiniens m’alertent sur la gravité de la situation au Proche-Orient.

Après la colonisation accélérée de Jérusalem-Est et de la Cisjordanie qui prive les Palestiniens de leur droit à un État indépendant et viable, les ratonnades et les manifestations de haine déclenchées par l’extrême droite israélienne sur l’Esplanade des mosquées, l’intrusion de la police israélienne dans la mosquée al-Aqsa, plusieurs villes israéliennes sont en train de s’embraser. Des lynchages s’y produisent, contre des citoyens arabes ou juifs.

Tel est le résultat de la politique belliciste et criminelle du gouvernement de Monsieur Netanyahou, poursuivi devant les tribunaux de son pays pour des actes de corruption et contre lequel des manifestations sont régulièrement organisées demandant son départ.

Prenant pour prétexte des tirs de roquettes sur des villes israéliennes, c’est pourtant ce gouvernement qui déclenche des raids criminels sur Gaza, faisant des dizaines de victimes parmi la population civile, notamment de nombreux enfants.

C’est aussi lui qui menace de déclencher une opération terrestre contre Gaza, au risque de provoquer un nouvel embrasement de toute la région et de rendre plus incertain encore toute perspective de paix.

Je suis stupéfait de l’attitude du président de la République et du gouvernement français, qui ont choisi de s’aligner sur la politique du président des États-Unis, lequel s’oppose à toute intervention du Conseil de sécurité et des Nations unies. C’est dans un soutien à la politique des dirigeants israéliens, qui ne cessent de bafouer le droit international, que Monsieur Macron engage ainsi notre pays.

Plus grave encore, en interdisant dans l’ensemble du pays toute initiative en faveur d’une paix juste entre Palestiniens et Israéliens, le gouvernement crée les conditions de tensions communautaires, de violences et de provocations racistes. Il doit au contraire faire respecter la liberté d’expression et de manifestation des partisans de la paix.

Il faut mettre un terme à l’escalade meurtrière en cours. La France doit s’exprimer clairement en faveur du droit et de la justice : la colonisation de Jérusalem-Est et de la Cisjordanie doit immédiatement prendre fin, les prisonniers politiques palestiniens doivent être libérés, à commencer par Marwan Barghouti, les Palestiniens doivent disposer de leur État dans le frontières de 1967 et pouvoir vivres libres aux côtés de l’État d’Israël, les discriminations doivent enfin cesser au sein de l’État d’Israël.

La communauté internationale, et particulièrement les Etats-unis, l’Union européenne et la France doivent faire respecter toutes les résolutions des Nations unies en ce sens. Des sanctions doivent être prises contre le pouvoir israélien actuel, tant qu’il bafouera le droit international.

Le peuple palestinien doit, dans ce cadre, bénéficier d’une protection internationale. Et, conformément au vote de l’Assemblée nationale voici déjà plusieurs années, notre pays doit reconnaître l’État de Palestine.

L’urgence est à présent d’empêcher une intervention militaire terrestre à Gaza, véritable prison à ciel ouvert, déjà meurtrie par des mois de bombardements quotidiens et des conditions de vie catastrophiques pour les Palestiniens.

Fabien Roussel, député du Nord, secrétaire national du PCF,

Voir en ligne : Déclaration de Fabien Roussel le 14 Mai

Lettre-hommage-du-Palestinien-Marwan-Barghouti-au-Sud-Africain-Nelson-Mand-la-155914