RESPECTER LES COMMUNISTES Enregistrer au format PDF

Décembre 2007

Nous, communistes signataires d’une adresse pour des Assises du communisme, constatons avec tristesse que lors de l’Assemblée extraordinaire des 8 et 9 décembre, la majorité des directions du PCF est passée outre l’opinion de la majorité des communistes confirmée par les procès verbaux des assemblées de sections.

Comment a-t-il été possible que la majorité des communistes, qui s’est prononcée à la base pour rester communiste, se soit retrouvée minoritaire au niveau national ?

A l’évidence, nombreux sont les délégués qui n’ont pas exprimé le mandat qui leur a été confié. Se pourra-t-il qu’ils n’en rendent pas compte ?

Se pourra-t-il que les « directions  » organisatrices de ce coup de force contre les communistes demeurent aux commandes jusqu’à en finir avec toute force communiste organisée ?

N’est-il pas temps, grand temps, que tous les membres de la famille communiste deviennent les maîtres du processus de renaissance d’une force communiste organisée digne du 21e siècle ?

Dans ce contexte, nous, signataires d’une adresse pour des Assises du communisme, considérons notre démarche plus indispensable et plus urgente que jamais.

Autier Jean-Franà§ois ; Baillet Christian ; Beaulieu Claude ; Boileau Armand ; Boutet Lisette ; Chancogne Alain ; Deloume Claude ; Garcia Jo ; Le Bris René ; Mayerau Christian ; Peyret Michel ; PRCF (Gastaud Georges, Hemmen Jean Pierre) ; Remande Jean-Louis ; Reinkingen Christian ; Soler Anne ; Tricaud Jean-Pierre ; Tronche Danielle.

Vos réactions

  • pam 18 décembre 2007 08:31

    Les délégués ont bien exprimé le mandat que les communistes leur avait donné… La grande majorité des interventions à l’assemblée se prononà§aient pour l’existence du parti communiste, insistant sur la nécessité de son renforcement dans l’action en 2008, de l’effort de formation…

    Le résultat de cette conférence est au contraire à mesurer pour les communistes qui veulent recontruire un parti communiste utile aux luttes et à la transformation révolutionnaire… Il était difficile de faire plus dans l’organisation de la conférence qui n’a permis qu’une vingtaine d’interventions de sections (44 interventions avec les membres du CN sur 1500 présents !), dans la difficulté politique d’une situation ou une part de la direction prépare un congrès pour une autre force de gauche, dans la désunion des communistes qui est un des facteurs importants rendant difficile que s’exprime la volonté majoritaire jusqu’au bout…

    Des assises du communisme n’ont de sens que si elles affirment leur objectif : reconstruire un parti communiste franà§ais, ancré dans les luttes, les quartiers populaires et le monde du travail, porteur de l’exigence d’une transformation révolutionnaire, s’inscrivant sans ambigüité dans l’histoire du communisme face au capitalisme…