Restructurations industrielles dans la chimie Enregistrer au format PDF

Avril 2007

Agissons et votons communiste les 22 avril et le 10 juin pour l’avenir de l’emploi dans la chimie.

Le groupe américain HUNTSMAN achète CIBA, spécialiste dans la chimie du textile (colorants) une des usines les plus modernes du monde dans sa spécialité, “sitôt achetée, sitôt fermée “. RHODIA SILICONES, cédée au groupe chinois BLUE STAR objectif non avoué : délocalisation en Chine. Cette semaine on apprend la fermeture prochaine du site de RHODIA au péage de Roussillon.

Ces deux dernières années, il y a une accélération des restructurations, des plans de licenciements et fermetures qui ont des conséquences sur les salariés, leurs familles, l’avenir de leurs enfants et bien sûr, sur les collectivités locales.

Tous les spécialistes reconnaissent que le potentiel industriel de la chimie franà§aise est l’un des plus compétitifs, avec une recherche toujours à la pointe. Pour en rester à ce qu’on appelle : “la vallée de la chimie †les potentialités sont énormes :

  • Des dessertes trimodales de qualité articulant infrastructures autoroutières, ferroviaires et fluviales.
  • Accès aux matières premières sécurisées et facilitées par des réseaux de pipelines interconnectés et un ensemble de stockages régionaux.
  • La raffinerie de Feyzin qui fournit les produits de synthèse aux usines chimiques.
  • Une énergie électrique abondante d’une sécurisation importante est un atout pour la chimie. L’atout le plus déterminant, c’est l’existence d’un savoir faire et d’une main d’œuvre particulièrement qualifiée, tant dans les unités de production que chez les sous-traitants. La chimie, vecteur principal d’emplois et de

production de richesses est un moteur de développement territorial. Ne pas oublier qu’un emploi direct génèrant 4 emplois indirects est une forte ressource fiscale pour la collectivité.

Alors pourquoi la chimie est-elle décapitée ?

Tout simplement parce que les cartes se redistribuent sur l’échiquier des capitaux et des marchés internationaux. Les financiers et les boursicoteurs se moquent de l’industrie, de son avenir et des hommes. Dans la vente de RHODIA SILICONES au chinois BLUE STAR l’action RHODIA a augmenté de 5% . Il y en a marre d’être les vaches à lait des actionnaires et des hauts dirigeants, véritables patrons de droit divin qui se conduisent comme des féodaux du XIX siècle.

A nous de briser les chaînes du capitalisme, virer les prédateurs et leurs serviteurs qui se gavent au détriment du peuple. ASaint Fons les salariés et la population ont engagé ce combat car ils sont unis pour défendre la chimie et ils le manifesteront le 22 mars. Les communistes comme toujours seront présents parmi eux pour refuser que Saint Fons devienne un désert industriel. J’appelle les salariés et les habitants à  prolonger ce combat dans le vote communiste aux prochaines échéances électorales, lors des présidentielles le 22 avril, mais aussi lors des législatives du 10 juin. Sans rupture avec le capitalisme, sans changement de gouvernement et de politique il n’y a pas d’avenir pour l’industrie, les salariés et leurs familles. Et pour cela il y a besoin d’un parti communiste fort et influent, donc plus de députés communistes le 10 juin.