Contribution au 33e congres (site PCF)

Sommes nous toujours communistes ?

Michel Senegas
Octobre 2005

1) D’un congrès à l’autre la situation économique et politique s’est dégradée et je me pose des questions.

Sommes nous toujours communistes ?

Ne craignons nous pas le changement de société ???

2) La vie des gens est de plus en plus difficile : chômage, précarité, pouvoir d’achat, etc. La question de savoir si on peut ou on ne peut pas faire autrement se pose.

Le capitalisme, le remplacer, par quoi ?

Se posent chez les gaziers et électriciens : la question des perspectives pour changer et avancer, celle de notre rôle sur la bataille des idées, de proposer et de rassembler en dehors et dans un autre cadre que les organisations syndicales pour que des actes concrets soient gagnés chez les salariés.

Depuis quelques années, nous sommes compris dans notre démarche et nos analyses politiques par des non communistes, du milieux associatif, etc.

Différents collectifs se créent et celui du NON a créé les conditions d’une victoire le 29 mai.2005.

En même temps, certains de nos propres camarades créent : réseaux, cellules, associations en essayant de vider les structures existantes ; en essayant de mettre en difficulté l’organisation politique et financière de la section à des fins électorales ou peut -être personnelles ?

Alors qu’ils ont toute leur place au comité de section, pour les lotos du dimanche, à la Plantade, le premier mai, les royaumes etc., l’activité ne manque pas.

Ce constat part des dernières municipales ou je me suis trouvé (et je ne suis pas le seul) devant le fait accompli ;

des présidentielles ou la peur (par le mensonge) du FN ; des régionales - une véritable catastrophe sur la démocratie participative ou pas-, du positionnement des élus communistes sur le vote de l’augmentation des impôts, de l’affaire de la délégation de Colette Tignères…. Faire un compte rendu de mandat sur la forme en occultant tout le débat de fond, qu’est ce que c’est ?

Et nos propositions où sont -elles ?

Depuis quelques temps nous avons lancé autour de la convivialité et du débat idéologique chaque premier vendredi de chaque mois un forum à thème avec le Cercle Populaire. N’est-ce pas une démarche nouvelle et positive de rassemblement ?

Je milite avec tous les communistes de la section avec aussi mes propres difficultés et j’avance dans ma réflexion.

Je constate quand même (et ce n’est pas une jugement) qu’ils ont peur d’affronter la question de la remise en cause du capitalisme ; de combattre pied à  pied la social démocratie et préfèrent s’adapter pour différentes raisons à des situations et des objectifs qui ne sont pas les miens.

Ma contribution à la préparation du congrès me conduit à proposer de rester et de continuer à être de plus en plus communiste et de ne pas perdre notre identité à des fins électorales ou électoralistes.

Notre alternative est de rester encore plus près des gens sur des propositions claires pour faire changer la société. Avoir encore plus d’assemblées générales, de travailler sur la démocratie participative encore plus. Que nos propositions soient simples (je n’ai pas dit simplistes), collent au terrain,

Que nos propositions soient populaires.

Il faut aussi une adresse spécifique aux jeunes faite par des jeunes.