Etre, agir , s’organiser en communiste. rencontre communiste de l’Aude

, par  Paul Barbazange , popularité : 9%

compte-rendu dePaul Barbazange secrétaire de la section de Béziers

Fin avril s’est tenu à Limoux à l’initiative de l’association « Convergence communiste de l’Aude » une passionnante réunion d’une cinquantaine de militants sur le devenir et l’action des communistes français.

Symptomatiquement, elle a réuni des membres du PCF et de sa direction (3 membres du Conseil National dont un député, excusé pour raisons familiales) engagés dans l’action nationale pour refaire de ce parti le parti de la classe ouvrière travaillant à l’abolition de l’exploitation, d’autres adhérents du PCF et des militants communistes issus de divers
regroupements d’anciens du PCF, des communistes n’ayant jamais appartenu à ce parti.

Concentrons notre attention sur ce qui a fait le cœur du débat, sa raison d’être : Comment construire avec les communistes que nous sommes une visibilité d’action nationale ? Comment face à la violence de la crise repasser de l’émiettement des années 90 à la structure en capacité d’influer la politique nationale, de gagner avec les exploités ?

Bien préparé par une convocation argumentant de façon conséquente sur les causes et les conséquences de la crise, ce double objectif a marqué toutes les intervenions.

Tous, à partir d’expériences très différentes ont fait valoir le retour aux possibilités d’analyses et d’intervention sur la base des connaissances marxistes, à la question fondamentale du passage révolutionnaire au socialisme.

Des mots et des concepts écartés depuis des décennies par nos renoncements et la violence idéologique de la classe dominante redeviennent d’usage quotidien.
Certes l’unité d’organisation ne se pose pas encore, mais notre histoire communiste dans ce pays permet à nouveau de poser dans le débat public la question de l’après capitalisme.

L’initiative prise par les représentants de la liste « Faire vivre et renforcer le PCF »
recueillant 25 % des voix lors du dernier congrès du PCF a suscité débat. 40 % de communistes se prononçant au total contre les orientations de la direction ouvrent une situation nouvelle. La majorité du PCF a rejeté la « mutation » de la direction.

Cela ne résoud pas la question à tous posée : La question du cadre national, étroitement liée à l’histoire politique du mouvement ouvrier français (y compris avec ceux des élus restés fidèles à leurs engagements de classe) est toujours ouverte, mais nous sommes en position de la travailler de façon un peu différente.
Cette reconstruction ne sera ni l’action d’un homme, ni celle d’un groupe, quel qu’il soit. Elle se fera dans la mise en commun , dans notre retour à une action efficace nationale sur les luttes de classe réelles : manifestations, grèves et moments électoraux.

La majorité des intervenants a souhaité poursuivre et c’est donc de façon normale qu’est apparue la proposition d’utiliser tous la position géographique centrale de la fête de La plantade à Béziers le 4 et 5 septembre pour poursuivre l’espace d’un Week end le mouvement de rencontres communistes en cours.

Sous réserve d’une décision favorable du comité de section, les délégués de la section du PCF de Béziers ont donné leur accord à cette suite en espérant que d’ici ce moment les luttes et l’unité communiste aient quelque peu avancé.

Paul Barbazange secrétaire de la section de Béziers

Annonces

Sites favoris Tous les sites

21 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

AgendaTous les événements

septembre 2017 :

Rien pour ce mois

août 2017 | octobre 2017