HONDURAS, NEGROPONTE A ENCORE FRAPPE

, par  pamillet , popularité : 3%

NEGROPONTE A ENCORE FRAPPE

JOHN NEGROPONTE est un diplomate US connu. Il a effectué une carrière brillante que l’a conduit aux postes les plus élevés.

S’il n’occupe plus de poste officiel depuis l’arrivée au pouvoir de l’administration OBAMA,il a été au sommet de sa puissance pendant les deux mandats de BUSH II qui a fait de lui successivement :
- Le représentant US à l’ONU en 2001 chargé de manipuler l’institution pour lui faire accepter l’invasion de l’Irak en utilisant les écoutes téléphoniques, le vol et le charcutage de documents en particulier les rapports d’inspection des installations nucléaires de l’Irak
- Le second ambassadeur US dans l’Irak occupé à la tête de la plus grosse « ambassade » du monde, en fait le quartier général de l’armée d’occupation et des bandes de mercenairesannexes
- Le premier directeur national du renseignement poste créé spécialement pour lui par BUSH pour chapeauter toutes les institutions étasuniennes du renseignement et de l’espionnage pour pouvoir à l’occasion interdire la diffusion de vraies nouvelles par la CIA – un service de renseignement est conçu pour fournir des données exactes à son gouvernement – et leur substituer des mensonges d’Etat
- pour finir au poste de vice-ministre des Affaires Etrangères (Département d’Etat) comme second de CO NDOLEEZA RICE.

Mais ce reaganien pur jus, fils d’un riche armateur grec et apparenté par sa femme à la famille royale d’Angleterre s’était fait connaitre comme diplomate meurtrier, adepte de la politique du « gros bâton » appliquée par les USA en Amérique latine depuis deux siècles lorsqu’il a occupé de 1981 à 1985 le poste d’ambassadeur des Etats-Unis au Honduras. C’est depuis Tegucigalpa, la capitale de ce petit pays, où le pouvoir était occupé par une dictature militaire mise en place par les Etats-Unis qu’il a organisé la contre-révolution au Nicaragua voisin qui devait aboutir à la chute du régime sandiniste à Managua. C’est là également qu’il a mis au point l’IRANGATE opération secrète consistant à fournir clandestinement des armes à l’Iran pour que la République Islamique, ennemi officiel des Etats-Unis , ne perde pas la guerre contre l’Irak, soutenu lui officiellement , et à armer avec l’argent touché des iraniens –hors budget officiel bien entendu – les contre révolutionnaires (CONTRAS) nicaraguayens formés, entraines et stationnés entre deux expéditions sanglantes sur le territoire hondurien où ils sévissaient également. Autant dire qu’il a laissé un très mauvais souvenir dans la région et la condamnation des Etats-Unis en 1986 par la Cour Internationale de Justice de La Haye pour violation du territoire nicaraguayen concernait directement les activités de JOHN NEGROPONTE. On sait que les Etats-Unis n’ont jamais payé l’amende de 17 millions de dollars qui leur avait été infligée par la CIJ.

Pour la mise au point de l’IRANGATE, NEGROPONTE a négocié secrètement avec le premier ministre iranien de l’époque, un certain MOUSSAVI candidat malheureux aux élections présidentielles iraniennes dont il a été beaucoup parlé ces dernières semaines JOHN NEGROPONTE a effectué l’an dernier en Juin un voyage officiel sur les lieux de ses crimes et a rendu visite aux dirigeants du Salvador, du Guatemala et du Honduras. Il n’a pas été accueilli au Nicaragua où il est persona non grata depuis le retour au pouvoir du leader sandiniste DANIEL ORTEGA.

la suite sur le site

Voir en ligne : sur le blog de danielle...

Annonces

Brèves Toutes les brèves

Navigation