Lettre ouverte à Claude Gueant Dini NASSUR : Président du Club Comores-France

, par  Amina AHAMADA MADI , popularité : 8%

Monsieur le Ministre,

Vous venez d’affirmer lors de votre dernier passage au grand jury, RTL-LCI-le Figaro, que les Comoriens sont à l’origine de beaucoup de violence à Marseille. Permettez-moi, Monsieur le Ministre, de vous exprimer ma profonde indignation sur votre attitude qui s’inscrit parfaitement dans la ligne de votre politique d’exclusion et de rejet dont vous ne ménagez aucun effort pour sa mise en œuvre

Ce n’est pas seulement parce que vous avez iniquement stigmatisé les Français et les immigrés d’origine comorienne que je m’insurge ; d’autres communautés subissent votre dévolu sur tout ce qui vous semble différent. C’est malheureusement du fait que votre délit nous rappelle des tragédies encore récentes qui laissent des plaies béantes dans l’histoire immédiate. Je pense à votre maître à penser dont vous apparaissez de plus en plus en adepte de ses méthodes les plus qu’abjectes, quand il a accusé à tort la communauté juive en Allemagne d’être à la source de la crise économique et de l’insécurité pour appeler ensuite à faire d’eux ce que certains de vos laudateurs aimeraient reproduire en France.

Je voudrais, Monsieur le Ministre, vous demander un peu de retenue dans votre guerre contre « ceux qui font que les français ne se reconnaissent pas chez eux » car si vous continuez à planifier l’expression de votre haine envers les autres, vous finirez bien par vous mettre en porte à faux avec l’une des missions historiques de tout gouvernement digne d’un peuple aussi valeureux que le peuple français : la mission régalienne de se porter garant de la cohésion de la population, de sa paix sociale et de sa sécurité. Votre xénophobie augure des tristes challenges dont la France comme tous les pays épris de paix et de liberté ne voudrait plus revivre.

Monsieur le Ministre, il nous semble que vous avez choisi de mettre en exergue votre vision de l’histoire en vous engageant dans une croisade contre l’immigration et les français ayant d’autres origines que les vôtres. C’est votre choix même s’il ne mérite pas ce sentiment qu’on appelle respect, vous êtes nombreux à l’avoir fait. Mais de grâce, ayez le courage de retrouver votre place dans les groupements politiques qui assument l’idéologie et les pratiques de la discrimination vous y serez un très bon capitaine. Mais le gouvernement français ne peut en aucune circonstance demeurer le cheval de bataille des extrémistes de votre rang.

Monsieur le Ministre, le silence de votre gouvernement comme le refus de votre famille politique de vous rappeler à l’ordre vous incite à vous magnifier à votre façon mais sachez que l’histoire retiendra surtout votre nom dans la tristement célèbre liste des artisans de la haine. Tous vos condisciples prédisaient rendre service à leur pays en voulant le débarrasser « des parasites venues manger leur pain et boire leur résurgence sociale ». Mais force est de constater que ces héros des ténèbres finissent plutôt dans les poubelles de l’histoire où ils sont jetés par leur propre peuple.

Monsieur le Ministre, j’ai l’honneur de porter à votre haute connaissance, que la communauté comorienne de Marseille reste sereine dans sa culture pacifique d’intégration et dans sa croyance de vivre ensemble. Votre agression caractérisée, n’altère en rien sa capacité de tolérance et sa volonté de contribuer autant qu’elle peut à la cohésion de la cité qui est la sienne.

Monsieur le Ministre, je vous prie d’agréer l’expression de ma grande indignation et vous souhaite un bon rétablissement de votre état humanitaire.

Le 12 septembre 2011

Dini NASSUR
Président du Club Comores-France

Annonces

Brèves Toutes les brèves

Navigation