Rencontre communiste de Vénissieux, un moment fort et fraternel !

, par  communistes , popularité : 9%

C’était un pari un peu fou : une rencontre qui contribue à la convergence des luttes en rassemblant des militants d’entreprises diverses, emblématiques au plan national comme Fralib ou PSA, symboles de luttes récentes autour de Lyon comme Bosch ou Carbone Savoie, et aussi au lien nécessaire entre luttes et issue politique, question délicate et difficile tant la méfiance envers les partis politiques est grande dans le mouvement social.

JPEG - 4.7 Mo
150 militants autour des luttes sociales et du communisme
Rencontre communiste de Vénissieux du 30 avril 2016

C’est pourtant un pari largement réussi avec 150 militants attentifs pour un programme dense qui aurait mérité plus de temps, mais qui a permis à chacun de repartir plein d’exemples et d’idées dans la tête, autrement dit, mieux armé pour agir...

La participation imprévue d’une délégation de communiste sud-coréens a donné une dimension internationale nécessaire, même si nous avons l’habitude à Vénissieux des rencontres internationalistes.

L’internationale chantée à l’entrée de l’usine Bosch occupée avec tous les participants après le discours de Michèle Picard, nos camarades coréens chantant dans leur langue a donné la pêche à tout le monde !

JPEG - 4.5 Mo
les grévistes de Bosch accueillent les rencontres communises

A vrai dire, la discussion avait commencé la veille au cinéma, après ce film choc "Nous sommes des lions" dans une soirée organisée opportunément par l’Union Locale CGT de Vénissieux. Cette coïncidence souligne que les questions que nous voulions poser avec ces rencontres communistes répondent bien à une attente du mouvement social.

Le film nous montre une classe ouvrière debout, qui construit son unité malgré l’adversité, les vigiles et les manœuvres d’un patronat de combat organisé et puissant, et qui trouve le chemin d’un succès, partiel bien sûr, mais symbolique de l’utilité des luttes... Et il nous interroge sur les conditions des luttes en général, et du mouvement contre la loi El Khomri avec ses manifestations agitées... Le comité de grève de PSA discutant des formes de luttes évoque une grève "digne et propre", la discipline nécessaire à la confiance entre ceux qui luttent, et souligne qu’il ne faut rien attendre de médias qui cacheront toujours derrière le spectaculaire les questions de fonds que tente de porter la lutte, ce qui conduit à privilégier les actions non pas leur effet médiatique, mais par leur effet direct sur le rapport de forces, que ce soit par la pression sur les dirigeants en occupant le siège du MEDEF, ou par la construction de la solidarité ouvrière en entrant dans une usine pour parler aux travailleurs...

C’est avec cette discussion de la veille en tête qu’a commencé la rencontre du samedi, après l’accueil par Serges Truscello, avec l’introduction de Charles Hoareau. Puis des interventions ont successivement évoqués Carbone Savoie, Fralib, PSA, Bosch, TSV, Alstom/GE, les hôpitaux... [1] Les interventions ont été enregistrées et seront publiées au fur et à mesure.

Les Bosch en grève avec occupation sont venus saluer les rencontres et bien évidemment, nous avons décidé d’aller les soutenir en improvisant un rassemblement à l’entrée de l’usine occupée, rassemblement devant lequel Michèle Picard, maire de Vénissieux s’est exprimé à partir de sa longue expérience de soutien aux luttes des travailleurs de St-Jean Industrie, Veninov, Bosch...

Après un buffet rapide, l’après-midi a permis d’éclairer autant ce qui nécessite de relever le défi communiste que ce qui le bloque. 4 interventions fortes de Jean Salem, Georges Gastaud, Remi Herrrera et Danielle Bleitrach... avec de multiples thèmes et manières d’aborder l’actualité du communisme, l’exigence du parti, le lien entre les questions politiques qui sont posées au mouvement social et qui étaient abordées le matin, et la perspective de reconstruction d’un grand parti communiste. Hervé Poly fera le lien avec le 37ème congrès du PCF en préparation. Un compte-rendu détaillé se prépare...

Enfin, nous nous sommes retrouvés une centaine au cinéma pour le film "Merci Patron", qui a permis de terminer la journée avec de grandes rigolades devant cette comédie vivifiante qui piège un représentant d’un grand patron symbolique de cette bourgeoise arrogante.

[1Finalement, les camarades de Goodyear n’ont pu intervenir, ils étaient à Limoges la veille au soir et n’ont pu venir... ce n’est que partie remise...

Annonces

Sites favoris Tous les sites

5 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation