Un nouveau maire communiste a pris ses marques Ennemond, Louis, Marcel, André, Michèle...

, par  pamillet , popularité : 4%

Vénissieux a résisté à la vague bleue qui a submergé l’Est Lyonnais. La droite et son extrême sont contenues (40,7%), progressant sur 2012, mais perdant en voix et en exprimés sur 2007 (45,59%) et 2008 (47,4%).

L’UMP-FN a cependant montré ses prétentions, gagnant des voix au Charréard, au Moulin à Vent, aux Minguettes, progressant fortement entre les deux tours, bénéficiant de la campagne commune PS, UMP, FN « en finir avec 80 ans de communisme ». Mais le bleu marine est contenu, l’identitaire fasciste Lyonnais Gabriac a perdu son parachutage à Vénissieux et n’est pas élu.

L’abstention est de nouveau le premier message des Vénissians. Elle progresse au 1er tour de 51,7 à 55,7 % (+4% comme au niveau national), mais avec le développement de la ville, le nombre de votants est stable, il n’y a que 361 exprimés de moins qu’en 2001.
Et elle reste en dessous de celle de nombreuses villes populaires (plus de 58 % à Villiers le Bel, Vaulx-en-Velin, Bobigny, St-Denis, Aubervilliers, Vitry, Sarcelles, Roubaix, Clichy...).
Et contrairement au niveau national, elle baisse de 3,34% entre les deux tours, avec 852 exprimés de plus que dans la quadrangulaire de 2001... Si la campagne a pris des formes délétères, de nombreux Vénissians se sont mobilisés pour le choix de leur maire.

Le parti socialiste a raté son opération anti-communiste. Certains pensaient que le vote socialiste de 2012 pouvait être un vote d’adhésion qui légitimait les socialistes Vénissians. Mais Michèle Picard mobilise plus de 70% des voix de la gauche unie en 2008 ! Elle fait le double de voix au premier tour, et est la seule à rassembler les Vénissians dans tous les quartiers ! Malgré une campagne populiste et frauduleuse, le PS reste derrière le PC aux Minguettes ou il avait concentré ses forces.

C’est avec tout cela en tête qu’il faut bien apprécier le résultat Vénissian. Un nouveau maire communiste a pris ses marques. Michèle Picard a pu démontrer ses capacités, son engagement depuis 2009. Elle a su rassembler largement les Vénissians sur un projet clair, affichant son objectif de "tenir le cap à gauche", tout en tendant la main à toutes les personnalités de la ville attachées à l’intérêt général. Elle est désormais regardée par tous comme une nouvelle personnalité politique de poids dans l’agglomération. Elle va réaliser le projet de ville de Vénissieux au service de tous ses habitants, et en même temps, elle va faire la démonstration qu’on peut refuser le cynisme en politique, le cynisme des affaires, des compromissions avec les institutions, des discours démagogiques et populistes, du clientélisme...

Un renouveau de la vie politique est absolument nécessaire, mais loin des formules médiatiques du coup de balai tant affectionné par la droite, c’est au contraire dans un patient travail pédagogique et citoyen que le rassemblement réalisé ce 30 mars 2014 à Vénissieux pourra s’élargir, acquérir de la force pour prendre ses responsabilités avec les Vénissians dans les années à venir, regagner pas à pas les abstentionnistes, les "je n’y crois plus", et même les "chacun pour soi".

Annonces

Sites favoris Tous les sites

5 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation