Y en a marre y en a marre !!!

, par  Sophia Brikh , popularité : 19%

• Y en a marre y en a marre !!!

En place depuis près de 20 ans le président règne tel un monarque en Algérie. A l’annonce de sa candidature pour un 5ème mandat, il ne sait pas qu’il va mettre le feu aux poudres.

« L’Algérie n’est pas un royaume ! » clame le peuple dans la rue. Femmes et hommes de tout âge et toute classes sociales confondues, bravent l interdiction de manifester, imposée par le gouvernement.

« y en a marre, y en a marre ! » , « Dehors Boutef’ » … voilà ce que hurle le peuple algérien.

Le « fantôme », comme ils l’appellent, qui brille par sa spectaculaire absence , n’a quasiment fait aucune apparition publique depuis sa dernière élection en 2014. Âgé de 81 ans et affaibli par un cancer et un AVC qui le paralyse, comment pourrait il en effet briguer un 5ème mandat… ?

En 1999, lorsqu’il sera élu pour la 1ere fois, il sera aussitôt au cœur d une polémique menée par son opposition qui l’accusera de trafic de scrutin. Malgré cela il enchaînera 4 mandats d affilée par la suite.

En 2001 face aux insurrections en Kabylie, il n hésitera pas à user de la force armée et fera plus de 200 morts. Suite à ce mouvement populaire, le gouvernement algérien proclamera une loi visant à interdire toute manifestation dans la rue. Le printemps arabe effleurera ainsi à peine l’Algérie pourtant en pleine crise économique et sociale.

Mais aujourd’hui, le peuple est debout et n’entend plus fermer les yeux ni boucher ses oreilles. Hommes et femmes hurlent à plus de liberté. Il serait en effet simpliste de réduire ces insurrections populaires à la seule contestation de la candidature de Bouteflika à un 5eme mandat. Ce n’est pas seulement des « Boutef dégage ! » qu’il faut entendre, mais aussi et surtout le ras le bol du peuple face à un gouvernement hermétique et radical, en place depuis trop longtemps qui musèle sa population par ses mesures de forces dès que celle-ci ose le contester.

Les algériens dénoncent « le pouvoir assassin ». Ils dénoncent la corruption, la crise sociale (chômage, logement, santé publique…) mais aussi le système archaïque du code de la famille qui enferme notamment la femme dans un statut d’éternelle mineure.

L’insurrection populaire ne doit pas faiblir à l’annonce du renoncement de Bouteflika à sa candidature pour un 5ème mandat.

Ce recul est la 1ere victoire du peuple. Les algériens réveillés de leur longue léthargie sociale, économique et démocratique, doivent prendre conscience que le pouvoir est au peuple et que c’est à lui de décider de l’avenir de son pays, pour plus de démocratie, plus de liberté et aspirer à une vie meilleure.

Annonces

Brèves Toutes les brèves

Navigation