Une autre base commune pour le 33e congrès

Fier(e)s d’être communistes

II - PRÉAMBULE
Janvier 2006

La victoire du non au référendum ouvre la voie à un rassemblement majoritaire du peuple de France pour combattre le capitalisme. Le Parti communiste franà§ais a un rôle décisif à jouer pour présenter une perspective de transformation révolutionnaire de la société.

Le 29 mai 2005 constitue un tournant dans l’histoire récente de notre pays. En votant non à la constitution européenne, 15 millions de Franà§ais ont censuré trente ans d’une vie politique qui n’a rien apporté de bon aux familles populaires et à la France. Notre peuple a censuré un capitalisme qui n’enrichit que les riches et appauvrit les pauvres. Le 29 mai, nous avons vécu le rassemblement majoritaire de 15 millions de Franà§ais qui en ont assez des injustices, de la misère, du mal vivre, du délabrement de notre économie, de nos industries, de nos services publics, de nos institutions publiques. Nous pensons que toute notre action politique doit porter les exigences populaires exprimées ce 29 mai. La force du changement est là et bien là . S’il y a une raison de faire un 33e congrès du Parti communiste franà§ais, c’est bien celle-là .

Notre combat fondamental, c’est le combat contre le capitalisme. Notre objectif, c’est de renverser sa domination et d’édifier une nouvelle République sociale autogestionnaire ou République socialiste. Le renversement du capitalisme ouvre le processus conduisant à une société communiste. Il s’agit de conquérir le pouvoir d’État par la voie démocratique, mais aussi le pouvoir dans les entreprises, le pouvoir dans les domaines économiques et financiers. Deux siècles après l’instauration de la République, il faut conquérir de nouvelles bastilles, celles du capital, faire entrer la République et la démocratie dans les usines et les bureaux. La classe ouvrière, les salariés, le peuple sont les forces motrices de cette nouvelle révolution.

Nous militons pour le renforcement du Parti communiste franà§ais en nombre d’adhérents, en poids électoral, en capacité de réflexion, de création et d’action. Dans l’esprit du siècle des Lumières, le Parti communiste doit jouer un rôle d’éclaireur, reprendre le flambeau de la contestation radicale de la société, de la révolution. Au cœur de la culture républicaine issue de la Révolution franà§aise, il doit renforcer son ancrage dans les institutions pour les transformer et en même temps gagner en autonomie : brandir et conjuguer ensemble drapeau rouge et drapeau tricolore. Dans le prolongement des grandes luttes ouvrières démocratiques et intellectuelles, il doit reprendre le flambeau de l’internationalisme, militer pour le rassemblement de toutes les forces communistes et progressistes dans le monde, contribuer à donner un nouveau souffle au mouvement communiste.