Le socialisme et la paix

Voir la guerre. Clichés inédits de la Seconde guerre mondiale
1er novembre

La section du Pcf de Vénissieux vous invite à la présentation d’une exposition sur le théme : « la place de l’URSS dans la victoire contre le nazisme », présentée par Gregory Chepelev, historien franco-russe, enseignant à l’INALCO et à Sciences Po.

Alors que certains tentent toujours de criminaliser le communisme, l’Union européenne allant jusqu’à assimiler nazisme et communisme dans l’objectif de mettre les communistes hors la loi, il est important de rappeler la place prise par l’URSS dans la victoire contre le nazisme et pour la paix. 17 millions de civils soviétiques et 10 millions de soldats de l’Armée Rouge ont donné leur vie pour permettre la victoire contre le nazisme.

C’est le sens du travail entrepris par Gueorgui Chepelev, qui a construit cette exposition à partir de 5000 photos prises par de simples soldats. Ces clichés, pris pour la plupart sur le territoire occupé de l’URSS, mais également en Pologne, en France, en Belgique lors des campagnes de 1939-1940, deviennent aujourd’hui un puissant argument contre la guerre et les doctrines anti-humaines, qui ne sont pas encore effacées de la surface de notre planète.

La mémoire des événements du front de l’Est et de la Seconde guerre mondiale ne s’efface-t-elle dangereusement des mémoires européennes ? Sommes-nous toujours efficacement vaccinés contre la xénophobie, le racisme, le militarisme ? La génération des survivants et des témoins oculaires s’en allant de nos jours, quelles images, quels récits nous resteront de cette guerre – Images héroïques et aseptisées des correspondants de guerre ayant travaillé pour la propagande de leurs armées ? films de fiction ? propagande visuelle des Etats cherchant à asseoir leur politique d’aujourd’hui sur la refonte de l’histoire de la Seconde guerre mondiale ?

Autant de questions que nous aborderons à partir de cette exposition jusqu’à la nécessaire bataille contre la criminalisation du communisme

Vendredi 12 novembre à 18h salle Jeanne Labourbe, Parilly, Vénissieux

Voir la guerre. Clichés inédits de la Seconde guerre mondiale.

Il y a quatre-vingt ans, le 22 juin 1941, le Troisième Reich et ses alliés ont lancé leur offensive contre l’URSS. La Seconde guerre mondiale entra ainsi dans sa phase cruciale et exterminatrice : 17 millions de civils soviétiques y périront, ainsi que 10 millions de soldats de l’Armée Rouge. Leurs sacrifices n’ont pas été vains : le front de l’Est est devenu le lieu où les forces armées nazi ont subi les plus grave défaites, et c’est de là qu’a commencé la libération de l’Europe.

Quatre-vingt ans plus tard et trois générations ayant vécu en paix, la mémoire des événements du front de l’Est et de la Seconde guerre mondiale ne s’efface-t-elle dangereusement des mémoires européennes ? Sommes-nous toujours efficacement vaccinés contre la xénophobie, le racisme, le militarisme ? La génération des survivants et des témoins oculaires s’en allant de nos jours, quelles images, quels récits nous resteront de cette guerre – Images héroïques et aseptisées des correspondants de guerre ayant travaillé pour la propagande de leurs armées ? films de fiction ? propagande visuelle des Etats cherchant à asseoir leur politique d’aujourd’hui sur la refonte de l’histoire de la Seconde guerre mondiale ? nouvelles images des jeux vidéo ? Ne risquons-nous pas de remplacer la guerre vue au jour le jour par ses combattants et ses victimes par une imagerie de substitution reflétant plutôt des tendances politiques et esthétiques actuelles ?

Ces questionnements ont amené Gueorgui Chepelev, historien franco-russe, enseignant à l’INALCO et à Sciences Po, à rechercher des clichés photographiques jusque là inédits, pris par de simples soldats et officiers. Le fonds qu’il a constitué depuis dix ans, compte plus de 5.000 clichés et a donné lieu à plusieurs publications dans des revues scientifiques, et à une série d’expositions.

Dans le cadre de cette exposition l’auteur propose une sélection d’une cinquantaine de clichés issus de ce fonds, inconnus du public, reflétant la guerre telle qu’elle était vue par de simples soldats et civils, le triste sort de la population et des prisonniers de guerre, l’extermination des « ennemis raciaux », la brutalité des combats, la mort omniprésente. Mais également des moments « touristiques » et « festifs » de la guerre du côté des vainqueurs provisoires Nazis, leurs efforts déployés pour enjoliver la guerre et la rendre « vivable », ainsi que de peu nombreuses tentatives de quelques soldats de la Wehrmacht d’exprimer leur désaccord avec la doctrine raciale et militariste. Paradoxalement, contrairement à la volonté des photographes en uniforme du Troisième Reich, les clichés collectés servent de nos jours comme puissant témoignage des crimes de guerre commis, nous donnent une possibilité de voir les histoires et les derniers moments de la vie des résistants et des victimes civiles – Juifs, Russes, Tsiganes, communistes… Ces clichés, pris pour la plupart sur le territoire occupé de l’URSS, mais également en Pologne, en France, en Belgique lors des campagnes de 1939-1940, deviennent aujourd’hui un puissant argument contre la guerre et les doctrines anti-humaines, qui ne sont pas encore effacées de la surface de notre planète.

L’ouverture de l’exposition sera accompagnée d’une présentation par son auteur M. Gueorgui Chepelev.