Reconstruire l’espoir

Rencontre nationale de communistes Enregistrer au format PDF

Vendredi 31 Aout et Samedi 1 Septembre, Vénissieux
Juillet 2007

Plusieurs communistes, membres ou non du PCF ont décidé de se rencontrer dès la fin des vacances. Ils invitent largement tous ceux qui luttent pour l’existence d’un parti révolutionnaire en France à participer à cette rencontre. Celle-ci aura lieu :

Vendredi 31 août, à partir de 18 heures Samedi 1er septembre de 9 heures à 18 heures.

Salle Joliot-Curie, 68, bd Irène-Joliot-Curie, à Vénissieux.

Les échanges pourraient se dérouler autour de plusieurs thèmes avec un objectif central : Reconstruire l’espoir

La droite est majoritaire en France à un moment de l’histoire où le capitalisme apparaît de plus en plus nettement pour ce qu’il est : une forme d’organisation et de développement économique de la société incapable de répondre aux besoins humains.

La droite a gagné parce qu’en face d’elle il n’y a pas eu la mise en avant d’une volonté de changement radical de la société que le peuple attendait.

Au moment où dans le monde des forces, des nations entières tiennent tête à l’impérialisme et cherchent la voie du socialisme de notre temps, l’heure n’est ni aux recettes politiciennes, ni à l’abandon des valeurs et des repères, aux idées révolutionnaires que le marxisme a apporté au monde.

Il est temps en France de donner un nouvel élan à la construction d’une alternative, d’inventer avec le peuple le socialisme du 21e siècle.

Cela se fera dans les luttes avec les plus exploités, avec la classe ouvrière d’aujourd’hui, chômeurs, sans papiers, précaires de la restauration rapide ou de la grande distribution, habitant-e-s des quartiers les plus pauvres, mais aussi salariés avec ou sans statut, employés, enseignants, cadres et toutes celles et ceux qui partagent ce combat.

Cela ne se fera pas sans eux.

Combattre le capitalisme dans notre pays, viser son renversement pose 3 questions :

  • Quels combats politiques mener contre la droite et son extrême, aujourd’hui réunies, en particulier sur les questions de l’emploi, du logement, des salaires, de la protection sociale, des services publics, de l’environnement, de l’aménagement du territoire… ? Comment imposer face à la dictature des multinationales le respect de la souveraineté populaire ?
  • Comment permettre le rassemblement des communistes dans leur diversité ? Quelle organisation communiste de notre temps - dans le fond et dans la forme - (re)construire ensemble ?
  • Quelles formes d’unité, quel front populaire d’aujourd’hui, avec celles et ceux qui partagent nombre de nos combats et critiques et veulent agir pour un changement de société ?

Pour réfléchir ensemble sur ces 3 thèmes, pour que cette réflexion permette des prises de décisions sources d’espoir et de perspective, nous sommes nombreuses et nombreux à penser qu’il est nécessaire de prendre un temps de rencontre nationale.

D’ores et déjà , ont donné leur accord :

Alain Job (11), Charles Hoareau (13), Danielle Bleitrach (13), Jean-Louis Rolland (17), Guillaume Degans (32), Floriane Benoit (38), Christian Serve (38), Armelle Derooze (59), Michelle Talfer (59), Jean Miaille (59), Jean-Claude Danglot (62), André Gerin (69), Marie Christine Burricand (69), Michèle Picard (69), Serge Truscello (69), Frédéric Bernabé (70), Léandre Curzi (75), Emmanuel Dang tran (75), Jean-Pierre Meyer (83), Freddy Huck (93), Henri Martin (93), Jean-Jacques Karman (93)…

pour des informations pratiques, télécharger le document joint

Documents à télécharger

Vos réactions

  • BOUSQUET 1er mai 2008 20:38

    bravo camarades !

    voici le blog de notre siet (pcf béziers) http://bezierspcf.centerblog.net

  • Oui à l’existence du PCF 27 août 2007 20:22, par altercommunistes

    Le Conseil National avait annoncé après le désastre des présidentielles un congrès extraordinaire.

    Certains se disaient : ouf, nous allons enfin pouvoir discuter de la stratégie, par exemple du naufrage des collectifs antilibéraux, des responsabilités de la direction et décider d’une ligne efficace contre la droite et Sarkozy. Mais ce n’est pas cela que prévoient nos dirigeants. Ce qu’ils veulent, c’est un congrès « sans tabous », en réalité sans textes et surtout sans remise en cause des dirigeants. Un congrès qui ne décide de rien mais prépare le prochain… Un congrès pour se demander s’il ne faudrait pas changer le nom du PCF, s’il ne faudrait pas fonder un nouveau parti avec la gauche du PS, et pourquoi pas tout le PS, ou bien avec les antilibéraux et la LCR, un congrès pour aller vers un nouveau parti peut-être à partir du PCF mais peut-être pas… Disons le franchement, la direction veut un congrès pour accélérer le détricotage du PCF et le remplacer par une grande force de “ gôche †! Nous affirmons la nécessité d’un parti et d’un combat communistes dans notre pays et cela passe par l’existence et le redressement du PCF. C’est dans ce cadre que nous voulons construire les réponses aux questions qui sont posées aux révolutionnaires d’aujourd’hui. Engageons avec courage le chantier : organiser et rassembler le monde populaire dans les quartiers et les entreprises, reconstruire des repères idéologiques face au capitalisme séducteur alors que le communisme a été criminalisé, affirmer des propositions anticapitalistes… Nous appelons les communistes à ne pas se faire avoir. L’enjeu des mois qui viennent jusqu’au congrès de 2008, c’est l’existence d’un parti communiste en France et cela passe aujourd’hui par la sauvegarde du PCF. Chacun peut avoir des opinions différentes sur ce qui doit changer ou pas dans ce parti. Mais ceux qui veulent garder un parti communiste et le renforcer doivent savoir se rassembler pour peser plus fort que ceux qui veulent le défaire ! Cet enjeu sera au cœur de l’université d’été que nous organisons les 31 août et 1er septembre. Nous invitons les communistes à y participer largement.

    Marie-christine Burricand

  • Pierre-Olivier POYARD 23 août 2007 21:27

    Chers camarades,

    Avec des amis jeunes communistes Francs comtois et bourguignons, nous lanà§ons un nouveau journal interrégional, « la jeune garde ».

    C’est au titre de président de l’association des amis de la « jeune garde » que je serai présent à cette réunion.

    Merci, Pierre-Olivier POYARD, Besanà§on

  • Rencontre nationale de communistes : Organisation 22 août 2007 23:24, par altercommunistes

    Une réunion d’organisation des rencontres se tien le lundi 27/08 à 18h30 au local Grachus Babeuf de la section de Vénissieux

    Des informations logistiques seront diffusées mardi.

    La rencontre débutera à 17h. Elle a lieu à la salle Irène Joliot curie, à 500m de la station de métro « Parilly » sur la ligne D du métro. A la sortie de la station, prendre le boulevard Marcel Sembat qui rejoint le boulevard Joliot Curie. La salle est au carrefour principal suivant.

    Depuis la gare de la Part-Dieu, prendre la ligne A direction Gerland et changer à Saxe-Gambetta pour prendre la direction Vénissieux. La station de Parilly est l’avant-dernière de cette ligne.

    Des hébergements chez des militants sont possibles pour la nuit. Prendre contact au 0681572095.

    Les hotels de Vénissieux

    • Hôtel Formule 1, 16 bd Irène Joliot Curie 69200 Vénissieux 0 891 70 52 90 (à 500m de la salle)
    • BB Lyon Vénissieux, all de Savoie 69200 Vénissieux, 0 892 78 81 12
    • Hotel du Moulin à Vent , 14 av Doct Georges Lévy 69200 Vénissieux, 04 72 78 01 01
    • L’Eperon, bd Parilly 69200 VENISSIEUX 04 78 00 60 39
  • Pierre-Yves Gautier 6 août 2007 12:17

    2 isérois « sinistrés » de la 2e circonscription (perte du siège au bénéfice du PS « grâce » à la présence de 2 candidats du parti - qui ont fait au total plus que le candidat PS) souhaitent être associés/reconnus par les initiateurs de l’appel :

    Pierre-Yves Gautier, membre du conseil départemental (seul vote contre lors de la conférence départementale du 33e congrès) et de l’exécutif de la section Echirolles-Eybens,

    Savino Piccaretta, membre de l’exécutif de la section Echirolles-Eybens, ancien conseiller municipal d’Echirolles

    Les communistes de la 2e circonscription de l’Ire ont besoin de référents communistes face aux destructeurs du parti (dirigeants fédéraux et élus/notables irresponsables).