TOUS ENSEMBLE pour la victoire du NON :

à la « constitution européenne », à Chirac
Mars 2005

La "constitution européenne" en codifiant les traités antérieurs de Rome, Maastricht, Amsterdam et Nice, au lieu de prétendre définir les règles du jeu comme le font en principe les constitutions, veut définir pour l’éternité le résultat du jeu : elle codifie le capitalisme, interdit le socialisme et tout ce qui va dans son sens, toute politique instaurant plus de répartition, plus de contrôle social et de démocratie, plus de services publics, plus de laïcité. Il s’agit de déterminer, quel que soit le résultat du suffrage universel, la politique à suivre et d’instaurer la liberté de la concurrence qui n’est rien d’autre que la liberté du capital. Cette "liberté" est totale et totalitaire, elle englobe l’ensemble du fonctionnement de la société, transforme les syndicats en organes subsidiaires de cogestion de l’austérité, hisse les Eglises au rang de composantes de l’Etat, et pour couronner le tout impose aux Etats l’accroissement régulier de leur dépenses militaires alors que les autres dépenses publiques et les budgets sociaux demeurent étranglés sous le joug du pacte dit de stabilité.

Si Chirac organise un référendum, comptant sur l’abstention des couches populaires, c’est qu’il espère obtenir une majorité de Oui. Ainsi, il consoliderait la politique de son gouvernement et du MEDEF, en poursuivant la décentralisation et les privatisations, en redoublant les attaques contre les retraites, la sécurité sociale, le temps de travail. Ainsi, la porte serait ouverte pour rendre irréversible l’agression généralisée contre le monde du travail.

Inversement la victoire du NON, possible par une puissante mobilisation des salariés et des couches populaires, porterait un coup direct à Chirac, au gouvernement et au régime, elle favoriserait la lutte pour les chasser et pour abroger toutes leurs mesures, elle ouvrirait une nouvelle perspective de lutte commune des peuples européens.

L’enjeu est énorme. L’issue dépend du rapport de force social. Tous les travailleurs sont concernés.Unissons-nous pour dire résolument NON à la politique du gouvernement Chirac-Raffarin-MEDEF et résolument NON à la même politique contenue dans la « constitution européenne  ».

Voila pourquoi les organisations dont la signature suit prennent l’initiative de vous inviter à co-organiser une réunion publique sur la base de cet appel, le samedi 26 mars 2005 à 14h, à l’AGECA, 177 rue Charonne Paris, métro Alexandre Dumas.

LIAISONS - MILITANT - NOUVELLE GAUCHE COMMUNISTE - REPUBLIQUE SOCIALE

Pour vous joindre à cet appel : Militant 18 rue Victor Massé 75009 Paris 06 87 24 84 55 http://www.le-militant.org

Voir en ligne : militant