Voitures brulées, caillassage des pompiers, violences urbaines, Que Faire ?

19 avril

Encore une fois, ce vendredi soir, des voitures brulées dans notre quartier, des voitures d’habitants pour aller travailler, faire les courses, des difficultés en plus pour ceux qui en ont déja beaucoup.

Et quand les pompiers interviennent pour tenter d’éviter des propagations, ils se font insulter et caillasser par quelques groupes autour des points de deal bien connus.

Et il faut la police en protection, et les mêmes multiplient les provocations et les agressions. Ils croient que le quartier est à eux parcequ’ils sont prêts à tout pour défendre leur business. Mais ces dealers et leurs amis ne servent que les gros riches qui vivent de ce trafic de la mort, ceux qui blanchissent l’argent de la drogue dans les banques et vivent confortablement loin de notre quartier.

Les plus jeunes qui se font entrainer ont besoin d’autres exemples pour construire leur vie. Non, le quartier n’est pas à ceux qui attaquent les pompiers et la police ! Le quartier est à ceux qui travaillent, tentent de s’en sortir avec des pensions ou des allocations trop faibles, à tous ceux qui font vivre la solidarité et la fraternité entre tous. Le quartier est à l’immense majorité qui respecte ses voisins et ne demande qu’une chose, le calme et la tranquillité pour tous.

Dans notre quartier, nous avons le droit de recevoir des médecins, des infirmières,des services de secours, des livreurs,… Mais de plus en plus refusent de se déplacer pour éviter les agressions ! Ces violences mettent en cause nos droits !

La police multiplie les arrestations, la justice multiplie les condamnations. Mais on sait que le trafic continue tant qu’il y a des clients, tant que le gouvernement laisse faire le trafic international, le blanchiment bancaire et les intérêts géopolitiques et économiques qui vont avec.

Les communistes du quartier Pyramide sont disponibles pour organiser un front populaire contre ces violences. Nous vous appelons à dire non, à les dénoncer ensemble. Nous vous lançons un appel pour trouver ensemble comment rendre visible ce refus de la majorité des habitants.

Documents à télécharger