Je continuerai mon action sur le terrain auprès des salariés et des habitants

déclaration de Guillaume Dumoulin
Mardi 17 mai 2022

Je me suis porté candidat suppléant au côté de Michèle Picard dans le cadre des élections législatives des 12 et 19 juin prochain.

Je l’ai fait en tant que salarié d’entreprise, militant syndical dans la perspective de retrouver un député de la 14e circonscription du Rhône qui défendrait à nouveau les intérêts du monde du travail à l’Assemblée Nationale après deux mandatures du libéral Yves Blein qui n’a eu de cesse de voter des lois contraires à l’intérêt des salariés (loi dite de sécurisation de l’emploi, loi El Khomri, loi Travail, CICE, loi contre l’assurance chômage etc…). Il n’y a pas eu une seule année sans recul social lors de ces 10 dernières années de majorité à droite.

Durant cette même période Michèle Picard, Maire communiste de Vénissieux soutenait les luttes des travailleurs de Véninov avec un redémarrage de l’entreprise en 2013, la première lutte du groupe Presstalis la même année et enfin celle des travailleurs de la SAD liquidée en 2020 qui aboutit à la création d’une société coopérative de distribution de la presse dans laquelle les salariés et la ville de Vénissieux sont associés. Elle s’est fait le relais de toutes les luttes des salariés de la commune en tentant de concrétiser politiquement le rapport de force établi par les luttes des travailleurs.

La ville de Vénissieux donne aux salariés du territoire les moyens de se réunir et de s’organiser. Michèle Picard est de tous les combats pour la justice sociale en défendant les villes populaires, le logement social, les services publics. Et lorsqu’il le faut jusque devant le tribunal administratif avec ses arrêtés anti-expulsions locatives et coupures d’énergie vitales.

Ces deux dernières années Michèle Picard et ses soutiens ont battu par deux fois le député sortant Yves Blein que ce soit aux dernières élections municipales à Vénissieux qu’aux dernières métropolitaines dont le périmètre électoral est quasiment identique à celui des élections législatives.

Je considère ainsi qu’elle est la mieux placée à gauche pour emporter l’élection législative de notre circonscription. Et je ne suis pas le seul à le penser, une véritable dynamique s’est enclenchée avec de larges soutiens venus de toutes parts.

Suite aux élections présidentielles, Jean-Luc Mélenchon arrivé en tête à gauche après avoir appelé au vote utile sur sa personne a conclu depuis Paris des accords nationaux avec les différentes forces de gauche. Ces derniers ne prennent pas en compte la réalité et l’histoire des territoires, les rapports de force locaux et encore moins l’avis des premiers concernés : les militants de terrain syndicaux et politiques qui font que la 14e circonscription est une terre de lutte et rebelle en toute circonstance.

Une circonscription qui reste gagnable si tant est qu’on choisisse les bons candidats. Dire que ces accords ne sont pas satisfaisants est un euphémisme. Ils ne sont ni plus ni moins qu’un partage du territoire ou un pacte déséquilibré de non-agression dont une des forces ressort largement gagnante. Une union, pour être efficace, ne peut se faire au détriment d’une partie de ses membres. Ces accords ont complètement occultés ces aspects.

Malgré les années de travail de terrain de Michèle Picard, les succès électoraux engrangés et les appels au rassemblement derrière son nom, la 14e a été accordée pour une candidature issue de la France Insoumise.

La concrétisation de ce que je considère être une mascarade a débuté par le parachutage d’un candidat inconnu de la circonscription mais bien connu des médias et réseaux sociaux et malheureusement aussi connu de la justice. Pourquoi parachuter un candidat issu d’un autre département alors que sur place il y a déjà nombres de militants de gauche avec une expérience reconnue ? Ce sont ces méthodes politiciennes qui décrédibilisent l’action militante et qui favorisent au final l’abstention.

Il aura fallu un signalement interne à la FI pour que Taha Bouhafs annonce son retrait. Et malgré cette opportunité de tournée cette page et de faire preuve de bon sens, la NUPES choisit d’investir à nouveau un nouveau candidat de la France insoumise, Idir Boumertit qui s’était pourtant récemment déclaré publiquement non intéressé à briguer ce mandat, barrant encore une fois notre candidature qui aurait eu le mérite de faire consensus localement.

Dans cette situation de division à gauche et malgré les très nombreux soutiens exprimés ce week-end, nous avons choisi Michèle et moi de retirer notre candidature. Je continue cependant à penser que Michèle Picard reste la plus légitime et la meilleure candidates à gauche pour remporter l’élection.

Je tiens à remercier toutes celles et ceux qui nous ont manifesté leur soutien comme les plus de 300 personnes qui étaient présentes le 5 mai au meeting de lancement de notre campagne et qui sont aujourd’hui probablement déçu de nous voir renoncer. Nous savons que cette décision est difficile pour de nombreuses personnes qui se sont impliquées mais il nous semble responsable de ne pas diviser un peu plus la gauche au moment où l’abstention bat des records et que l’extrême droite se voit être la deuxième force politique du pays. Une victoire de la gauche dans la 14e circonscription reste un enjeu majeur pour augmenter le rapport de force du camp des travailleurs et des milieux populaires.

Je continuerai mon action sur le terrain auprès des salariés et des habitants qui souhaitent lutter pour l’emploi, les salaires et leurs conditions de travail, pour défendre le service public et le droit à une vie digne.

Guillaume Dumoulin

EFT-12358