Marie-George Buffet veut livrer le PCF à Jean-Luc Mélenchon Déclaration d’André Gerin, le 23 février 2010

, par  Pascal Brula , popularité : 10%

Marie-George Buffet veut livrer le PCF à Jean-Luc Mélenchon, selon une dépêche de l’AFP, du 23 février, à 11 h 26.

Après la conversion de Robert Hue au Parti socialiste, la fusion de Jean-Claude Gayssot avec Georges Frêche, c’est la grande braderie, Marie-George Buffet a décidé de déposer le bilan du PCF pour en faire une filiale du Parti socialiste.

Cette situation est inacceptable pour tous les communistes de France, qu’ils soient adhérents ou non. Depuis le congrès de Martigues, en 2000, et le gouvernement de Jospin, les dirigeants du PCF n’arrêtent pas de les rouler dans la farine.

Comme aux élections présidentielles de 2007, la majorité des communistes veut aux présidentielles un candidat communiste avec un programme communiste qui s’oppose au capitalisme du désastre et surtout propose un projet de rupture de transformations sociales et révolutionnaires.

Au mois de juin, c’est à la majorité de communistes de décider d’une candidature communiste aux présidentielles de 2012, loin des magouilles et des tripatouillages du microcosme parisien.

Marie-George Buffet et sa petite clique n’ont pas à décider de l’avenir ou de la mort du PCF. Arrêtons d’insulter les communistes qui sont engagés dans la campagne électorale des régionales.

André GERIN


Ci-dessous, le contenu de la dépêche AFP :

Buffet (PCF) n’exclut pas qu’il y ait un candidat Front de gauche en 2012

AFP, le 23 février 2010

Marie-George Buffet n’a pas exclu mardi la possibilité que le Front de gauche, qui réunit le PCF et le Parti de gauche, présente un candidat commun à la présidentielle de 2012, ce qui correspondrait aux attentes des partisans de Jean-Luc Mélenchon, probable candidat.

"Ce n’est pas à moi de décider, ce sera le débat que nous allons ouvrir à notre congrès de juin et, bien sûr, ce sera une des options qui seront en débat dans le Parti", a déclaré la secrétaire nationale du PCF interrogée sur i-Télé.

Le 10 février, le porte-parole des députés PCF et apparentés, Roland Muzeau, s’était prononcé en faveur de cette option en souhaitant pour 2012 "un candidat à la gauche du PS qui soit porté (...) par le Front de gauche élargi".

Soulignant que c’était le PCF qui avait "initié le Front de gauche" en faisant alliance avec le parti de M. Mélenchon aux européennes, Mme Buffet a annoncé que le débat serait ouvert "au lendemain des régionales pour savoir quel est notre positionnement pour la présidentielle, mais toujours à partir du contenu, des projets politiques, des propositions".

"C’est comme ça que nous avons réussi les européennes, c’est comme ça que nous allons réussir les régionales", a ajouté la chef de file du Front de gauche (FG) en Seine-Saint-Denis qui a laissé à son dauphin au PCF, Pierre Laurent, la tête de liste régionale en IdF, un poste convoité par M. Mélenchon.

Dans l’entourage de ce dernier, leader du Parti de gauche (PG), on juge "positives" les déclarations de Mme Buffet "si elles sont la porte ouverte à une candidature unie" : "le paquet des trois élections (régionales, présidentielle, législatives) qu’on a proposé est en train de prendre corps", estime Eric Coquerel, secrétaire national du PG dont le congrès aura lieu après celui du PCF.

"Il faut que le résultat des régionales donne envie de continuer la stratégie du rassemblement", a souligné François Delapierre, délégué général du PG pour qui M. Mélenchon "incarne quelqu’un qui peut gouverner".

M. Mélenchon, candidat FG en 2012 ? Souhaitant "éviter de tomber dans le piège de la personnalisation", l’intéressé a récemment dit qu’il réfléchissait à sa candidature, mais qu’il n’était "pas devenu comme ces dingues qui se lèvent avec ça et se couchent le soir avec".

Pour M. Coquerel, "le problème reste réel pour arriver à savoir qui sera" le candidat FG alors que certains au PCF craignent une OPA de M. Mélenchon sur le Parti. "Il faudra prendre la candidature la plus efficace", lance celui qui soutenait déjà en 2007 une candidature de l’ex-sénateur PS.

Un autre responsable PG assure que "les communistes ont mal vécu la dernière présidentielle, il n’y aura pas beaucoup de candidats prêts à reprendre la même mandale" que Mme Buffet en 2007 (1,93%) alors que M. Mélenchon "peut rassembler large".

Annonces

Sites favoris Tous les sites

9 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

  • Avantages acquis

    Le député LR Guillaume Peltier dénonçait le 4 avril sur France Inter le statut des cheminots en (...)

  • Agenda militant mars 2018

    3 mars, 10h, rencontre "Industrie, Emploi, Service Public", Salle Labourbe (6 rue Jeanne (...)

  • Avec les communistes de Lyon

    La nuit de samedi à dimanche, le local du parti de la Croix Rousse montée de la grande cote, a (...)

  • Et la lutte continue....

    Une chanson soviétique des années 70 reprise lors des cérémonies du centième anniversaire de la (...)

Navigation