NON à BIGEARD AUX INVALIDES :" Le général Bigeard n’a rien d’un héros"

, par  communistes , popularité : 4%

De son vivant, le général Marcel Bigeard a toujours bénéficié de l’admiration et du soutien actif des forces politiques les plus réactionnaires. Un an après sa mort, il est au cœur d’une manœuvre politicienne, orchestrée par le ministre de la Défense, dont le passé de leader d’extrême droite est bien connu : le transfert de ses cendres aux Invalides. Cette initiative est doublement pernicieuse. D’une part, élever Bigeard au rang des grands militaires qui y reposent relève d’une certaine indécence. On peut émettre certaines réserves à leur encontre, mais beaucoup mirent leur génie au service de la défense du territoire français. D’autre part, et surtout, une telle initiative est une insulte aux peuples qui acquirent leur indépendance, naguère, au prix fort. Ces pays sont libres depuis des décennies, ils entretiennent le plus souvent des relations cordiales avec le nôtre. A-t-on pensé un instant au signal que notre gouvernement s’apprête à leur envoyer ? Est-ce du mépris ou de l’inconscience ? On nous présente cet officier comme un héros des temps modernes, un modèle d’abnégation et de courage. Or, il a été un acteur de premier plan des guerres coloniales, un « baroudeur » sans principes, n’hésitant pas à user d’ignobles méthodes. En Indochine et en Algérie, il a laissé aux peuples, aux patriotes qu’il a combattus, aux prisonniers qu’il a « interrogés », de douloureux souvenirs. Aujourd’hui encore, dans bien des familles vietnamiennes et algériennes, qui pleurent toujours leurs morts, ou dont les membres portent dans leur chair les plaies du passé, le nom de Bigeard évoque les pratiques les plus détestables de l’armée française. Nous n’acceptons pas que la notion d’héroïsme soit associée à cet homme. Durant les guerres coloniales conduites par la France, les vrais héros étaient ceux qui luttaient pour la liberté et l’indépendance de leurs pays, ceux qui, en métropole, ont eu la lucidité de dénoncer ces conflits, si manifestement contraires au droit international, au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et à l’intérêt même de la nation française. Si l’objectif de la décision du ministère avait été de réveiller les guerres mémorielles, on ne s’y serait pas pris autrement. Aussi, nous exigeons que l’on renonce à cette initiative historiquement infondée, politiquement dangereuse et humainement scandaleuse.

Parmi les signataires : Mouloud Aounit président d’honneur du Mrap, Raymond Aubrac ancien résistant, Patrick Chamoiseau écrivain, Didier Daeninckx écrivain, François Gèze éditeur, Mohammed Harbi historien, Pierre Laurent secrétaire national du PCF, Anicet Le Pors ancien ministre, Alban Liechti soldat du refus de la guerre d’Algérie, Noël Mamère député EE-LV, Rosa Moussaoui journaliste, André Roch officier en retraite, Alain Ruscio historien, Pierre Tartakowsky président de la Ligue des droits de l’homme (LDH), Raphaël Vahé président de l’Association républicaine des anciens combattants (Arac)...

Voir en ligne : Pour signer cet appel : nonabigeardauxinvalides.net

Annonces

Sites favoris Tous les sites

6 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Sur le Web Tous les sites

Navigation