Quand Israel mène la danse... et Tsahal...

, par  Sophia Brikh , popularité : 8%

Quand Israel mène la danse... et Tsahal devient l’armée la plus morale du monde sous le silence et/ou la complicité de l’état Francais !

La Maison de la danse accueille la troupe "Batsheva Dance Compagnie" du 28 novembre au 1er décembre 2018. Cette troupe se produit dans un cadre totalement institutionnel et étatique : la "Saison croisée France/Israël". Côté israélien, les organisateurs sont le bureau du premier ministre et 9 ministères. Rappelons que Batsheva est financée par l’Etat israélien ainsi que par des entreprises soutenant l’occupation et la colonisation.

Dans le cadre de cette saison, des événements culturels sont organisés dans les deux pays, créant ainsi une complicité des institutions culturelles françaises avec un État colonisateur qui nie depuis 70 ans les droits du peuple Palestinien.

Cette saison permet à Israël de se faire passer pour un pays attractif, respectueux des droits humains et ouvert à la diversité culturelle. Mais pas seulement là, chez Carrefour on nous chante une belle sérénade israélienne aussi ! Ce mois de novembre, Carrefour Voyages met en avant la destination avec des offres promotionnelles pour découvrir Israel, tel un pays ou il fait bon vivre ! A coup d’affiches, de flyers et de films publicitaires diffusés en boucle sur grand écran dans les agences de voyages. L’office de tourisme d’ Israël est prêt à tout même si il faut signer de gros chèques à Carrefour pour dorer son blason entâché de sang...

Israël, État colonial et raciste, utilise la culture et le commerce du voyage pour améliorer son image. Comme l’a dit Reuven Rivlin, président de l’Etat d’Israël, « les institutions culturelles forment une vitrine dans laquelle Israël présente d’elle-même une image démocratique, libérale et critique  ».

Mais les collaborations avec l’état et les institutions françaises ne s’arrêtent pas là. En 2016, Mme Nathalie Goulet (sénatrice) attire l’attention de M. le secrétaire d’État, auprès du ministre des finances et des comptes publics, chargé du budget sur la réglementation actuelle, qui permet aux Français et Françaises qui font des dons à l’armée israélienne (Tsahal), de défiscaliser leurs dons et leur donne le droit à 66 % de réduction d’impôts, dans la limite de 20 % du revenu imposable. Après cela, Mme Goulet s’est vue insultée et menacée de mort sur les réseaux sociaux . Malgré cela, la réponse qu’ elle attendait se fait toujours attendre...

Il s’agit donc, clairement, d’une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d’une armée étrangère.

"L’armée la plus morale du monde" a plus d’un tour dans son sac. C’est bien connu lorsqu’on suit ses opérations militaires, mais aussi de communication en tout genre, et de séduction plus généralement quand elle est faite par le gouvernement israélien.
En revanche peu de monde se doutait que Tsahal, pouvait être financée par le contribuable français à l’insu de son plein gré par le biais d’un mécanisme fiscal bien ficelé et agrée par notre gouvernement.

Cela met ainsi sur le même plan, l’armée d’Israël et les associations caritatives et les ONG ! Scandaleux !

On l’a compris le procédé est très pervers, et nous pouvons être en droit de se demander par quelle magie le contribuable français se retrouve à financer à l’insu de son plein gré une des armées les plus tristement réputées pour ses multiples opérations meurtrières et criminelles.

Pour rappel, Israel et son armée Tsahal :
- Exécute ou mutile en toute impunité à GAZA, abattant de sang-froid des citoyens désarmés. Des milliers de blessés sont à déplorer dont beaucoup de personnes qui doivent être amputées... et qui ne danseront plus !
- Dépossède le peuple Palestinien de sa terre depuis 70 ans, bafouant systématiquement les résolutions de l’ONU et le droit international.
- Poursuit le blocus de Gaza, la colonisation et la politique d’apartheid.

La campagne BDS (boycott, désinvestissement et sanctions) s’adresse a toutes les personnes de conscience pour rejoindre l’appel au Boycott lancé par la société civile Palestinienne. Nous entendons refuser toute normalisation avec Israël. Cet appel au BDS, initié en 2005, vise à faire pression de manière non violente sur cet Etat jusqu’à ce qu’il respecte les droits du peuple Palestinien.

Exigeons une aussi une réponse au Ministère des Finances en signant la pétition pour l’abrogation de cette niche fiscale inadmissible.

Notre ville a une longue histoire de solidarité avec le peuple palestinien, porté par l’association Jénine-Vénissieux qui a abouti à la rencontre en 2013 entre le maire de Jénine et Michèle Picard. Rappelons que notre regrettée camarade Blandine avait développé des liens fraternels avec les habitants de Jénine. Un parc de Jénine porte son nom.

A nous de faire vivre aujourd’hui cette solidarité !

Annonces

Brèves Toutes les brèves

Navigation