Quelle écologie à Vénissieux depuis 2014, après 2020 ?

, par  pamillet , popularité : 9%

Le rassemblement des Vénissians avec Michèle Picard se construit avec toute l’équipe municipale. Dans la discussion avec les élus EELV, la section PCF a proposé dans une lettre s’appuyant sur le bilan commun de l’équipe, les éléments d’un projet fort sur l’ambition d’une ville exemplaire sur l’énergie, la biodiversité, la consommation, les mobilités.

Nous publions cette lettre puisque le candidat EELV lyonnais dans une conférence de presse a évoqué la situation de Vénissieux en parlant de "conditions écologiques" non réunies. Nous pensons que cette lettre montre notre volonté de réunir ces conditions qui permettraient de poursuivre le travail commun du mandat précédent, et confirme qu’à Vénissieux, les luttes sociales et environnementales se rejoignent dans une ville originale qui poursuit sa transformation dans un contexte politique marqué par des populismes agressifs.

La section PCF comme Michèle Picard, sont disponibles à tout moment pour évoquer avec les écologistes ce projet pour une ville humaine, solidaire et citoyenne.

Lettre aux écologistes de Vénissieux

En annonçant sa candidature pour un rassemblement populaire au service des habitants et pour relever le défi d’une gauche authentique, Michèle Picard a appelé toutes les forces de la majorité municipale à se retrouver pour construire le projet 2020-2026

Or les déclarations sur les prochaines élections municipales et métropolitaines se succèdent, des déclarations très politiciennes marquées par les questions de personnes, que ce soit à la métropole ou à Vénissieux. Personne ne semble tenir compte de la crise citoyenne profonde qui fracture le lien entre les habitants et les institutions, comme si les manifestations sociales ou environnementales de ces dernières années n’avaient rien révélé sur la crise de la politique.

Nous pensons qu’il ne faut plus tarder pour se donner le temps d’une construction citoyenne avec le plus grand nombre, pour un projet de ville pour tous et avec tous.

Depuis 2014, les élus écologistes travaillent dans la majorité municipale qui a un bilan considérable.

Vénissieux est la ville de la métropole avec le plus fort taux d’énergie renouvelable dans ses consommations énergétiques, deux installations photovoltaïques auto-consommées sur équipement public et trois en étude, trois chaudières thermodynamiques innovantes qui doivent diviser par deux la consommation de gaz. Malgré l’augmentation du nombre de points lumineux, le passage en Led, la réduction du niveau d’éclairage et l’extinction nocturne nous permet de réduire chaque année la consommation électrique de l’éclairage public. La ville va renouveler son label Citergie qui confirmera les progrès significatifs de notre plan climat réalisés dans ce mandat.

Vénissieux est une ville verte avec une place reconnue de la biodiversité. Les jardiniers de la ville sont passés au zéro phyto avec auxiliaires de culture depuis 10 ans, le travail sur les grandes terres avec les communes de Corbas et Feyzin en a fait un espace agricole raisonné qui a connu une explosion de biodiversité notamment des espèces d’oiseaux. Les jardins collectifs et partagés, le jardin de la biodiversité en centre ville, les composteurs publics, de nombreuses actions de notre agenda 21 font de notre ville une référence sur la place de la nature en ville, que nous avons défendu auprès de la métropole en demandant une part de pleine terre significative dans le PLU-H

Vénissieux est une ville populaire où les mobilités se transforment rapidement. L’arrivée du métro puis du tram qui ont transformé la ville ont été accompagné par un développement volontariste des infrastructures de modes actifs. Le résultat se voit ces dernières années avec une progression significative du nombre de cyclistes. Des nouveaux habitants nous disent souvent leur surprise devant la qualité des aménagements en faveur du vélo.

Nous avons construit ces résultats ensemble, en nous appuyant sur l’expérience du mandat précédent, et sur la qualité de nos services publics.
Vous avez fait part au maire il y a un an de votre demande d’une gouvernance plus collégiale, d’une politique de mobilité plus ambitieuse, notamment sur le plan de déplacement d’administration, d’un plan d’action concret plus visible et piloté plus directement par les élus, notamment sur la réduction des plastiques dans les activités municipales. Le maire a répondu positivement avec de premières mesures immédiates.

Nous considérons que ces questions et d’autres méritent un large débat citoyen que nous voulons organiser avec vous pour construire le projet 2020-206. Si nous avons un bilan très riche, nous savons que des défis sont devant nous. Prenons quelques exemples reconnus :
- l’adaptation au changement climatique avec notamment l’enjeu des aménagements de bâtiments pour le confort d’été (toiture végétalisée...) des points de fraîcheur urbains, dans la suite de l’expérience réussie des brumisateurs dans le parc Dupic,
- la santé environnementale avec l’enjeu de la qualité de l’air, extérieur et intérieur, des modes de consommation et de déplacements. Nous pouvons porter l’ambition d’une ferme urbaine, d’une coopérative de distribution solidaire des productions des jardins privés, collectifs ou partagés, la relance du projet de halle de producteurs, pour donner accès aux familles populaires à une alimentation locale et de qualité
- l’accélération des actions d’isolation énergétique dans le logement (nous engageons le deuxième PIG énergie, et il faut envisager avec la métropole la "massification" de ces actions), mais aussi dans les bâtiments publics, ce qui interroge les capacités financières d’investissement dans les réhabilitations énergétiques.
- l’accélération de la transformation des mobilités urbaines, avec notamment une nouvelle ligne forte de transport en commun vers Corbas, un pole d’échange sud évitant l’entrée des véhicules pendulaires dans la ville, l’accompagnement renforcé au développement des modes actifs, et une nouvelle ambition pour le plan de déplacement d’administration

Nous pensons que c’est le moment de construire ensemble la ville que nous voulons pour demain, et que nous ne le ferons pas en prenant le risque de la désunion face à toutes les droites qui s’organisent pour imposer la réduction des dépenses publiques, la marchandisation de tous les services énergétiques de mobilité, de biodiversité...

Nous avons échangé avec vous à plusieurs occasions ces derniers mois. Nous allons ouvrir la plateforme numérique citoyenne de la future liste pour être au service d’un large débat sur le projet 2020-2026. Les écologistes Vénissians y ont toute leur place pour mettre en débat l’ambition d’une ville humaine et durable, solidaire et citoyenne, titre de notre agenda 21 que le prochain mandat devra redéfinir.

Annonces

Sites favoris Tous les sites

9 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation