Traité Constitutionnel européen, c’est toujours NON !

, par  Marie-Christine Burricand , popularité : 3%

Intervention de Marie-Christine Burricand pour la section du PCF au rassemblement vénissian du 29 mai 2015 .

JPEG
Il y a 10 ans, les français bousculaient le monde politique et médiatique, dérangeaient les plans du patronat en votant à 55% Non à la Constitution européenne. A Vénissieux, le Non atteignait 70%.Ce sont les ouvriers et les employés, les quartiers populaires qui avaient permis la victoire du Non.

Depuis le passage à l’euro, les gueres en Europe même, les yeux s’étaient ouverts et les illusions étaient tombées sur l’UE qui n’était décidément pas celle de l’amitié et de la paix entre les peuples, mais bien l’arme des patrons pour imposer la concurrence libre et non faussée entre salariés, nations jusqu’à la guerre si nécessaire.

Les forces présentes ce soir avaient menè une bataille importante dans la ville avec un manifestation le 19 mai rassemblant plus de 200 personnes. Le Parti Communiste était au coeur de cette mobilisation. Nous sentions bien qu’il se jouait une partie essentielle pour notre pays.L’appel que nous avions alors lancè ne se trompait pas d’une ligne...

Beaucoup d’entre nous pensaient que la victoire du Non allait ouvrir une nouvelle période de lutte des classes et de renforcement de la gauche.

La victoire de Sarkozy, l’effondrement de la gauche non socialiste aux présidentielles ont très vote fermé cet espoir. Et puis, il y avait les atermoiements de la gauche du NON, contre le TCE mais pour l’UE qu’on allait transformer et pour l’euro, pour le NON mais hésitant à la rupture avec un PS qui s’est finalement rangé en quasi totalité du côté de l’Europe supra nationale.

Il était facile à Nicolas Sarkozy de faire adopter le Traité par le parlement avec la complicité d’une très grande majorité de députés de droite et socialistes, volant ainsi leur NON aux français. Dans le même temps, les dirigeants de l’UE faisait revoter les irlandais jusqu’à enfin obtenir leur Oui.

Nous sommes alors rentrés dans une nouvelle ère, celle où les diktats de la Commission européenne et les règles des traités valent plus que le vote des peuples, c’est ce à quoi sont confrontés les grecs dont nous sommes profondément solidaires. Ce mépris des peuples a conduit l’année dernière le parlement français à décider, au mépris de notre constitution,que des assemblées délibérantes pourraient redécouper les territoires sans consulter les populations concernées.

Comment s’étonner dans ces conditions que le peuple s’abstienne !

Et bien sur, tout ce sur quoi nous alertions s’est produit : désindustrialisation, casse des solidarités et protections sociales, des services publics, guerre pour détruire les nations en Afrique, en Palestine, au coeur de l’Europe en Ukraine.

Nous sommes en quelque sorte au coeur de ce processus violent pour soumettre les peuples. L’Ukraine est exemplaire parce que l’Union européenne y fait le choix du fascisme pour servir les intérêts des oligarchies en complicité avec les Etats Unis, contre la Russie qui doit être diabolisée et servir de repoussoir. Au passage, les communistes, les progressistes sont assassinés et emprisonnés comme au bon vieux temps du fascisme quand la plus grande partie de la droite disait plutôt Hithler que le Front populaire.

La Nation est détricotée par en haut avec l’UE et par en bas avec la création de super régions et métropoles qui vont concentrer les pouvoirs, éloigner les lieux de décisions des citoyens et enterrer le principe d’égalité de traitement sur le territoire national. La commune est dans le collimateur, privée de moyens avec la baisse des dotations et la réforme inique de la taxe professionnelle, communes gênantes parce que trop près des citoyens et surtout incompatibles avec l’UE des grandes régions et métropoles.

Faut-il s’étonner que François Hollande est comparé le FN à un tracte du PCF des années 70 ? qu’il est jugé superflu d’inclure un ou une communiste dans les résistants panthéonisés ? Qu’il ne soit pas allé aux cérémonies du 9 mai 1945 en Russie ? Faut- il s’étonner que la victoire populaire de Vénissieux aux récentes élections ait tellement dérangé Gérard Collomb et la droite qu’ils fassent comme si elle n’existait pas, bafouant le suffrage universel en tentant de nier aux élus de Vénissieux la place qui leur revient dans les différents intercommunalités et désignations ?

C’est une ligne qui porte une démocratie d’apparence qui nie la lutte des classes pour mieux asservir le peuple, en négation de toute notre histoire. Même affaibli, le PCF n’est pas compatible avec ce projet.

Certes les temps sont difficiles et dangereux. Les gouvernements successifs, le système médiatique, les penseurs à trois balles ont joué avec le feu en habillant le FN des habits de l’anti système pour mieux apparaître comme la seule alternative, le moindre mal...et la bête n’est plus maitrisable.

Mais il faut mesurer la force que représentent ceux qui résistent et se battent dans les entreprises et les quartiers. Il faut mesurer l’espoir que représente notre victoire il y a quelques semaines. Il faut mesurer ce qui bouge en Amérique latine, les contre poids que sont la Chine, la Russie et d’autres...la résistance des progressistes ukrainiens et des peuples du Donbass,la victoire de Syriza en Grèce avec un KKE en progression, la claque prise en Espagne par les partis pro européens...Le capital n’a pas gagné et il n’y a pas d’empire éternel. Oui ; il faut sortir du carcan des traités de l’Union européenne, de l’Otan, ce combat est d’actualité et nous allons continuer à le mener.

Annonces

Sites favoris Tous les sites

5 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation