Les communistes sur le marché des minguettes. Comment battre Le Pen et Macron ?

Dimanche 17 avril 2022

De nombreux échanges ce samedi 16 avril sur le marché des minguettes avec le tract des communistes appelant à battre Le Pen le 24 et Macron ensuite.

Beaucoup sont mécontents de ce deuxième tour qui une fois encore nous enferme dans le piège que les médias construisent depuis des mois. D’autant que ceux avec qui nous discutons souvent nous le disent ; au dernier moment, ils ont décidé de voter Mélenchon, même quand ils avaient signé l’appel à voter Roussel, en espérant qu’il passe devant l’extrême-droite.

L’expérience montre que cette course au vote utile est toujours une impasse. Car en fait, il profite à tous les candidats en tête, autant à Macron, qui est le premier président de droite qui progresse après son mandat, qu’à Le Pen qui était presque au niveau de Zemmour il y a quelques semaines, et bien sûr à Mélenchon. Mais ce vote utile ne change rien au rapport de forces avec les idées de droite qui représente 70% en France depuis le mandat Hollande. Ceux qui veulent voter utile et sont très en colère contre Macron peuvent décider de voter pour une Marine Le Pen banalisée et dont plusieurs nous disent « vous exagérez, elle n’est pas fasciste ». Mais c’est une fausse satisfaction de se dire que Le Pen a finalement écrasé Zemmour !

Au total, la discussion permet à beaucoup de ceux qui ont voté à gauche de prendre conscience de la réalité, la droite est très largement majoritaire en France, pour la première fois même, l’extrême-droite fait mieux que le total de toute la gauche !

Plusieurs discussions sur le sens du vote communiste dans ce contexte, avec cette idée que répètent les médias, ce sont les voix communistes qui ont manqué à Mélenchon. Mais il suffit de regarder les résultats des Minguettes pour constater que c’est un mensonge. Aux minguettes, Mélenchon progresse de plus de 1000 voix, passant de 2052 à 3069. Les 117 voix de Roussel n’ont donc pas pesé lourd, d’autant qu’il reste 3138 abstentions !! Cet exemple est éclairant. Sans candidature Roussel, beaucoup de ses voix seraient allé sur Lutte Ouvrière ! Alors que si les insoumis s’étaient concentré dans les dernières semaines sur les abstentionnistes plutôt que sur les autres forces de gauche, il y avait des centaines de voix à gagner encore !

L’échec de Mélenchon ne dépend donc pas de quelques calculs électoraux, mais de la réalité de la domination de la droite. Au plan national, l’abstention a augmenté dans cette élection malgré la colère contre Macron et l’inquiétude devant Le Pen.

IMG_20220416_093435_resized_20220417_092655536

Bref, une présence utile qui a permis de lancer le débat pour les législatives. Comment ne pas se faire avoir et battre le député Blein-Macron en juin après avoir battu Le Pen en avril ?