Conférence de section d’Amiens Mobilisation communiste contre l’exclusion de Maxime Gremetz

, par  communistes , popularité : 6%

Chers camarades,

Je vous envoie ce courrier en qualité de nouveau 1er secrétaire de la section PCF d’Amiens (Somme), afin de vous informer des dernières évolutions politiques au sein de notre section.

Samedi 11 mars s’est tenue l’Assemblée générale de notre section. Etait mise à l’ordre du jour l’exclusion de notre camarade Maxime Gremetz, député communiste de la Somme et 1er vice-président du Conseil régional de Picardie.

Cette menace d’exclusion avait provoqué une énorme émotion chez nombre de communistes, d’anciens communistes et de sympathisants, localement mais aussi nationalement, chez les électeurs de la 1ère circonscription de la Somme et Picards. Et une mobilisation sans précédent : des camarades qui n’étaient plus à jour de cotisations se sont mis à jour, des anciens camarades ont réadhéré et de nombreux sympathisants, qui ne s’engageaient pas à cause de l’attitude élitiste de la section d’Amiens, ont franchi le
pas de prendre leur carte pour redonner un sens à l’identité communiste à Amiens et soutenir Maxime Gremetz. Plus de 150 nouveaux cotisants. Et le rythme n’a pas faibli depuis puisque les adhésions continuent d’affluer par dizaines.

Face aux manoeuvres de la direction de section du PCF pour refuser ou éliminer cette vague sans précédent d’adhésions (réorientation dans d’autres sections, refus des nouvelles adhésions, etc.), ces communistes écartés ont
décidé d’intenter une action en justice en référé contre les instances locales et nationales du Parti. Et obtenu gain de cause. Vous trouverez ci-joint la décision de justice rendue en leur faveur et faisant injonction
aux instances du Parti de prendre en compte ces communistes pour le vote de l’Assemblée générale de la section d’Amiens, sous peine d’une amende de 30.000 euros en tout par communiste non pris en compte. De plus, les irrégularités dans les votes des 3 ou 4 février sur la base commune de discussion, que nombre de communistes de la Somme avaient dénoncées, ont été
constatées

Lors de cette Assemblée générale de section, la direction sortante de la section d’Amiens, mise clairement en minorité, a décidé de quitter l’Assemblée générale de section avec une quarantaine d’adhérents de la section. La centaine d’adhérents restants, dont les mandats ont été dûment vérifiés par constat d’huissier, ont décidé de poursuivre les travaux, constatant la vacance de la direction, en élisant le bureau de l’Assemblée
générale de section.

L’exclusion de Maxime Gremetz a été mise aux vois et rejetée à l’unanimité des présents.

Le texte "colère et espoir" proposé aux communistes les 3 et 4 février a été substitué à la base commune de discussion.

Une nouvelle direction de la section d’Amiens a été élue à l’unanimité des présents, avec moi-même, Jihad Wachill, ancien syndicaliste étudiant (ancien président de l’UNEF-Paris I, ancien membre du Bureau national de l’UNEF)
et militant de la JC et de l’UEC (ancien responsable de l’UEC Sorbonne, ancien membre du Collectif national de l’UEC et du Conseil national de la JC) et du
PCF, à sa tête.

De même, la liste des délégués à la Conférence fédérale a été élue à l’unanimité des présents.

La légitimité de ces décisions souveraines des communistes d’Amiens est aujourd’hui contestée par l’ancienne direction de la section d’Amiens, la direction, désormais en sursis, de la fédération de la Somme et par la direction nationale du Parti, par la voix de Brigitte Dionnet, présidence
de la commission transparence. Ceci bien que l’ensemble de ces décisions l’aient été conformément aux statuts et en toute transparence sous contrôle d’huissier.

De plus, la direction fédérale de la Somme menace, de manière unilatérale et en totale contradiction avec la souveraineté des adhérents communistes, d’annuler la Conférence fédérale prévue les 18 et 19 mars. Aveu d’échec
d’une direction fédérale discréditée ? Une décision qui pourrait être lourde de conséquences, car susceptible de remettre en cause la légalité même de notre Congrès national : elle entraînerait l’absence de mandatement de
délégués pour la fédération de la Somme au Congrès national. Ultime manoeuvre d’arrière-garde pour empêcher l’envoi au Congrès des délégués hotiles aux orientation néo-mutantes de la direction nationale du Parti ?

C’est pourquoi nous irons sans doute, contraints et forcés, une fois de plus devant les tribunaux afin de faire reconnaître la légalité de notre Assemblée générale de section et des décisions qui y ont été prises, ainsi
que pour faire maintenir la Conférence fédérale de la Somme aux dates prévues.

Par soucis de transparence, je souhaite que le maximum de communistes soient informé de cette situation inédite dans les annales du Parti communiste français. Car il s’agit là aussi d’un signe d’espoir pour nombre de camarades critiques vis-à-vis des orientations néo-mutantes de la
direction nationale et mis en marge du Parti de ce fait. A l’exemple d’Amiens, en créant le rapport de force politique, nous pouvons changer les choses et
reconstruire un Parti communiste français à nouveau en première ligne de la lutte des classes.

C’est ce à quoi nous nous emploierons à Amiens, pour aller à la reconquête de l’électorat populaire, abandonné par une ancienne direction de section d’Amiens enfermée dans une conception d’élitisme social "boboisant", réinvestir les quartiers populaires et les entreprises, investir les lycées et les résidences universitaires et l’université, etc. Sans oublier les échéances électorales à venir : nous aurons à assurer la réélection de notre camarade-député, Maxime Gremetz, en 2006, à tenter d’arracher la mairie d’Amiens en 2007, à gérer les élections cantonales et régionales à venir, et à plus long terme, à assurer la formation de nouveaux cadres et référants politiques pour notre parti afin d’assurer la pérenité de notre implantation locale dans l’avenir.

Fraternellement.

Jihad WACHILL, 1er secrétaire de la section d’Amiens

Annonces

Sites favoris Tous les sites

21 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation